Maxime Huard
Agence QMI

La session parlementaire en huit moments forts

La session parlementaire en huit moments forts

Agence QMI

Maxime Huard

OTTAWA | La dernière session parlementaire à Ottawa a été marquée par une multitude de controverses, du voyage en Inde aux frasques de Donald Trump, en passant par les allégations d'inconduite et la crise au Bloc québécois. La politique fédérale ne s'est toutefois pas limitée aux polémiques. Après deux ans et demi au pouvoir, le gouvernement Trudeau a fait adopter son plus important projet de loi: la légalisation du cannabis.

25 JANVIER - Mouvement #MeToo

Le mouvement #MeToo frappe la colline parlementaire. Des allégations d'inconduite forcent le ministre des Sports, Kent Hehr, à démissionner. Tous les partis sont ensuite éclaboussés. Le Parti conservateur doit expliquer pourquoi il a laissé Rick Dykstra se porter candidat en 2015 malgré des allégations d'agression sexuelle. De son côté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) exclut de son caucus le député Erin Weir pour des cas de harcèlement, et suspend la députée Christine Moore, présentement sous enquête.

17-23 FÉVRIER - Voyage en Inde

Le voyage en Inde du premier ministre devient un véritable fiasco. D'abord, Justin Trudeau semble beaucoup plus préoccupé par les photos de famille que par les rencontres officielles. Les images de lui en costumes traditionnels font le tour du monde et sont raillées tant au pays qu'à l'international. Puis, l'invitation d'un ancien terroriste sikh à une réception officielle, photographié notamment aux côtés de Sophie Grégoire-Trudeau, crée un incident diplomatique entre l'Inde et le Canada. La controverse a plombé le gouvernement durant la majeure partie de la session et les dépenses du voyage, elles, commencent tout juste à être dévoilées. La facture s'élève déjà à plus de 1,5 million $.

28 FÉVRIER - Crise au Bloc

Sept députés du Bloc québécois claquent la porte, exigeant le départ de la chef Martine Ouellet. Après des mois de crise, l'ancienne ministre péquiste cède sa place et deux démissionnaires, Simon Marcil et Michel Boudrias, reviennent au bercail. Les cinq autres, menés par Rhéal Fortin, poursuivent leur route au sein du nouveau parti Québec debout.

16 AVRIL - Migrants

La crise des migrants atteint un point d'éclatement entre Québec et Ottawa. Plaidant que les ressources en hébergement arrivent à saturation, le ministre provincial de l'Immigration, David Heurtel, demande au fédéral d'intervenir. Le gouvernement Trudeau débloque des fonds et promet notamment de mettre en place un système de triage pour mieux diriger les demandeurs d'asile. À l'heure actuelle, le nombre de migrants interceptés au Québec par la GRC depuis 2017 s'élève à près de 28 000, un nombre appelé à augmenter considérablement durant l'été.

18 AVRIL - Maxime Bernier

Le député beauceron Maxime Bernier reporte la publication d'un livre controversé après la diffusion d'un chapitre où il attribue à de «faux conservateurs» l'élection d'Andrew Scheer au poste de chef. Après avoir retiré le chapitre du web, l'élu québécois le publie à nouveau sur sa page personnelle en juin, ce qui entraîne son expulsion du cabinet fantôme.

29 MAI - Pipeline Trans Mountain

Le ministre des Finances, Bill Morneau, annonce qu'Ottawa achètera le projet de pipeline Trans Mountain pour 4,5 milliards $. Le fédéral veut ainsi mettre fin à des mois de dispute entre la Colombie-Britannique, opposée à l'expansion de l'oléoduc, et l'Alberta. Bien que le fédéral souhaite éventuellement revendre le pipeline au secteur privé, cet envoi de fonds publics à la pétrolière texane Kinder Morgan est critiqué de toutes parts.

8-9 JUIN - Trump au G7

Alors que Charlevoix accueille les dirigeants du G7, le président américain Donald Trump décide de jouer les trouble-fête. En pleine guerre commerciale avec ses alliés, l'homme d'affaires arrive isolé au sommet, mais parvient tout de même à s'entendre avec ses six collègues sur une déclaration commune. Après son départ de La Malbaie, piqué au vif par des propos de Justin Trudeau, le président renie sa signature et multiplie les attaques verbales envers le premier ministre sur Twitter... avant d'aller lancer des fleurs au dictateur nord-coréen Kim Jong-un.

19 JUIN - Légalisation du cannabis

Promesse phare des libéraux en 2015, la légalisation du cannabis est adoptée au terme de plusieurs mois de débats au Sénat, où les conservateurs font tout pour bloquer le projet de loi. Si les Canadiens pourront acheter du cannabis en toute légalité à partir du 17 octobre prochain, le dossier de la culture à domicile est loin d'être réglé entre Québec et Ottawa. La loi provinciale, qui interdit les plants de pot à la maison, sera vraisemblablement contestée devant les tribunaux, car la loi fédérale, elle, permet jusqu'à quatre plants.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos