Christopher Nardi
Agence QMI

Un syndicat fédéral fait campagne contre le NPD

Un syndicat fédéral fait campagne contre le NPD

Alexandre BoulericePHOTO D'ARCHIVES. AGENCE QMI

Christopher Nardi

OTTAWA | L'appui du Nouveau Parti démocratique (NPD) à la proposition d'avoir un rapport d'impôt unique au Québec géré par Revenu Québec lui aura valu les foudres de l'un de ses alliés les plus fidèles le temps d'une élection partielle: le syndicat l'Alliance de la fonction publique du Canada.

Depuis mercredi, la direction du Syndicat des employés de l'impôt (SEI), qui représente 25 000 employés de l'Agence du revenu du Canada (ARC), est dans le comté de Chicoutimi-Le Fjord pour sensibiliser leurs membres au fait que le NPD appuie l'idée aussi avancée par les Conservateurs et le Bloc québécois depuis quelque semaines.

Le SEI reçoit l'appui de son syndicat mère, l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), qui représente plus de 180 000 membres à travers le Canada.

Selon le président du SEI, le transfert de la gestion des impôts fédéraux à Revenu Québec mettrait en péril pas moins de 1650 emplois de l'ARC dans la belle province.

Or, s'il n'est pas inhabituel pour les mouvements syndicaux de faire campagne contre le Parti conservateur, c'est tout le contraire pour le NPD, qui est né du mouvement.

«On ne dit pas à nos membres pour qui voter, mais en révélant les positions des partis au sujet du rapport d'impôt unique, il n'y a qu'un parti qui se prononce contre et ce sont les Libéraux [...] Le NPD et les Conservateurs encouragent une idée qui va mener à la perte d'emplois dans la région», lance le président du SEI, Marc Brière.

Pas d'emplois perdus?

Nuance importante : contrairement aux Conservateurs, le NPD a indiqué qu'ils appuient le projet de rapport d'impôt unique seulement s'il n'y a pas de pertes d'emplois de fonctionnaires fédéraux.

Une proposition qui est très loin de convaincre le SEI et l'AFPC.

«Ce n'est pas du tout réaliste de penser que des gens qui travaillent dans le traitement de dossiers d'impôts acceptent d'aller travailler dans des centres d'appel à l'ARC, ou que le gouvernement leur offre des années de formation pour qu'ils deviennent vérificateurs», analyse M. Brière.

Si le NPD ne change pas d'idée d'ici les prochaines élections fédérales en 2019, est-ce que le SEI va continuer à faire campagne contre le parti?

« Effectivement, c'est certain qu'on redoublerait d'ardeur et on augmenterait nos actions pour dénoncer cette initiative pendant la campagne électorale, c'est garanti», conclut M. Brière, sans pouvoir parler des positions de l'AFPC à l'avenir.

Situation inusitée

Du côté du NPD, on s'étonne que le syndicat ait tourné le dos au parti, mais on assure vouloir rallier à nouveau autant le SEI et l'AFPC derrière la formation politique.

«C'est assez inusité, on n'est pas habitués à ça, admet le député de Rosemont Alexandre Boulerice. Mais nous sommes en discussion avec eux sur une base régulière pour tenter de les rassurer. Nous sommes les plus grands amis des services publics et nous ne voulons pas faire ça à leur détriment.»

Entre temps, celui qui agit comme lieutenant du Québec pour la formation de Jagmeet Singh dit que le parti ne compte pas changer d'idée sur l'enjeu.

«Nous croyions que le rapport d'impôt unique est une bonne idée pour les Québécois en tant que contribuables, et nous sommes convaincus qu'on peut diversifier l'offre de service chez Revenu Canada pour faire en sorte que les gens au Saguenay-Lac-Saint-Jean puissent conserver leur emploi», dit M. Boulerice.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos