Agence QMI
Agence QMI

Le nouveau Centre canadien pour la cybersécurité opérationnel à l'automne

Le nouveau Centre canadien pour la cybersécurité opérationnel à l'automne

Photo d'Archives

Agence QMI

OTTAWA - La nouvelle entité responsable de tout ce qui touche à la cybersécurité au Canada sera opérationnelle dès l'automne prochain.

Annoncé dans le budget 2018, le Centre canadien pour la cybersécurité (CCC) rassemblera sous un même toit toute l'expertise du gouvernement fédéral en la matière et relèvera du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSTC).

Ottawa a donné davantage de détails sur ce projet mardi alors qu'il dévoilait sa stratégie nationale pour la cybersécurité. Le dernier budget prévoyait 507,7 millions $ jusqu'en 2023, et 108 millions $ par année par la suite, afin d'élaborer la stratégie.

De ce montant, 155 millions $ sur cinq ans seront consacrés au CCC.

Environ 750 employés travailleront pour le nouveau centre. Il ne s'agit toutefois pas de nouvelles embauches.

La structure regroupera le Centre canadien de réponse aux incidents cybernétiques du ministère de la Sécurité publique, le Centre des opérations de sécurité de Services partagés Canada, ainsi que la division de sécurité des technologies de l'information du CSTC.

L'actuel chef adjoint de cette division du CSTC, Scott Jones, dirigera le nouveau centre.

Sa mission principale sera non seulement d'informer et protéger les citoyens face aux cyberattaques, mais également de développer des technologies de défense et de diriger les opérations en cas d'événements mettant en jeu la cybersécurité au pays.

Par souci d'être un organisme transparent, le CCC s'établira d'ici l'été 2019 dans un nouvel édifice accessible au public dans la capitale fédérale.

Unité nationale contre la cybercriminalité

L'exercice financier déposé en février dernier prévoyait également un montant de 116 millions $ jusqu'en 2023 pour la création d'une Unité nationale de coordination de la lutte contre la cybercriminalité, un phénomène qui prend de l'ampleur.

De 2014 à 2016, le nombre de crimes commis en ligne a augmenté de 58 % au Canada, pour s'établir à 24 000, selon les chiffres du gouvernement fédéral.

La Gendarmerie royale du Canada coordonnera cette entité qui sera désormais responsable de toutes les enquêtes sur la cybercriminalité au pays. Des représentants du ministère de la Sécurité publique ont indiqué mardi que l'unité nécessiterait l'embauche d'environ 100 personnes, dont quelques policiers et une majorité de civils.

La stratégie dévoilée mardi comprend également un programme volontaire de certification en cybersécurité pour les petites et moyennes entreprises, afin de les aider à se protéger contre les attaques.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos