Maxime Huard
Agence QMI

Réforme fiscale: Morneau veut faire diversion, dénonce l'opposition

Réforme fiscale: Morneau veut faire diversion, dénonce l'opposition

Photo MAXIME HUARD

Maxime Huard

OTTAWA - En annonçant des changements à sa réforme fiscale tout juste avant le Nouvel An, le ministre des Finances a non seulement pris les entrepreneurs canadiens au dépourvu, mais il tente de faire oublier ses controverses éthiques, a clamé l'opposition mercredi.

«Le gouvernement a improvisé de A à Z, et là il dépose ses mesures fiscales à la toute dernière minute. Ce n'est pas responsable», a dénoncé le député conservateur Gérard Deltell.

«Heureusement, il a mis de côté certaines mesures contestées, mais l'annonce d'aujourd'hui reste entachée par ses problèmes d'éthique», a-t-il ajouté, en référence aux scandales autour des actifs financiers du ministre Bill Morneau.

Ce dernier a annoncé mercredi des assouplissements à sa très contestée réforme fiscale. Les propriétaires d'entreprises pourront continuer de fractionner leur revenu avec des membres de leur famille si ces derniers contribuent activement à l'entreprise, à condition notamment qu'ils fournissent 20 heures de travail ou qu'ils détiennent 10 % des actions.

Pas d'échappatoire possible

Pour l'opposition, ces détails sur la réforme tombent beaucoup trop tard et, surtout, ne permettront pas au ministre de faire oublier sa session parlementaire laborieuse.

«M. Morneau essaie de changer de canal et de faire oublier qu'il est dans l'eau chaude», a affirmé le député néodémocrate Alexandre Boulerice. Selon lui, si «les discussions autour de la dinde de Noël» tournent autour de la vente d'actifs de Morneau Sheppell et des enquêtes de la commissaire à l'éthique, le ministre ne pourra pas tourner la page en 2018.

Le Bloc québécois a dénoncé de son côté «un cafouillage dans le but de faire diversion». «Ça fait des semaines que les libéraux sont dans les câbles, et tout à coup M. Morneau dépose des mesures fiscales à appliquer dans deux semaines. C'est rire du monde», a déploré le député Rhéal Fortin.

Concert de critiques

Les critiques contre la réforme fiscale de Bill Morneau ont fusé de partout mercredi. En avant-midi, le comité sénatorial des finances a déposé un rapport demandant l'abandon pur et simple du projet. Le document note que les changements proposés à la Loi sur l'impôt nuiraient aux entrepreneurs et que davantage de consultations auraient dû être menées.

Pour sa part, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) croit que le gouvernement Trudeau devrait repousser les changements au 1er janvier 2019.

«Plusieurs milliers de propriétaires de PME auront seulement quelques jours pour évaluer comment ils seront touchés. On ne peut pas dire que nous soyons dans une optique d'équité fiscale», a fait savoir la vice-présidente de la FCEI, Martine Hébert, dans un communiqué.

M. Morneau a rappelé en point de presse que sa réforme fiscale était annoncée depuis juillet, et que les entreprises auront toute la prochaine année pour s'y adapter. «Nous continuerons d'aller de l'avant avec ces mesures», a-t-il ajouté pour répondre au rapport sénatorial.

Le ministre a tourné le dos aux journalistes avant de pouvoir prendre des questions éthiques.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos