Maxime Huard
Agence QMI

Le NPD réclame des excuses de Morneau

Le NPD réclame des excuses de Morneau

PHOTO D'ARCHIVES

Maxime Huard

OTTAWA | Même s'il compte placer ses actifs dans une fiducie sans droit de regard et vendre ses actions de Morneau Shepell, Bill Morneau doit maintenant s'excuser, juge le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Ce parti «demande au ministre des Finances de présenter ses excuses à la Chambre et aux Canadiens pour avoir perdu leur confiance», peut-on lire dans une motion présentée aux Communes lundi.

«Si les libéraux espèrent rétablir la crédibilité du ministre, la première chose à faire est d'admettre qu'il était dans l'erreur», a affirmé le porte-parole néodémocrate en matière d'éthique, Nathan Cullen, sans aller jusqu'à réclamer la démission de M. Morneau.

Le NPD condamne particulièrement le fait que l'action de Morneau Shepell s'est appréciée de près de 5 %, en octobre 2016, cinq jours après le dépôt du projet de loi C-27 sur les prestations de retraite. Ils accusent Bill Morneau de s'être enrichi grâce au projet de loi qu'il a lui-même élaboré.

Le NPD réclame que le gouvernement change la loi sur les conflits d'intérêts, afin qu'une telle situation ne se reproduise plus.

La commissaire à l'éthique Mary Dawson n'avait pas recommandé au ministre de mettre ses actifs en fiducie, car il les détient de manière indirecte. C'est cette faille, qualifiée «d'échappatoire Morneau» par les néodémocrates, que la formation veut faire colmater.

«Le public est en droit de s'attendre qu'un élu travaille pour le public, pas pour lui-même. En 2017, ce n'est pas trop demander», a commenté Nathan Cullen.

Bombardé de questions par l'opposition, Bill Morneau n'a pas offert d'excuses lundi aux Communes. «Pendant que les membres de l'opposition se concentrent sur mes finances, je vais continuer de me concentrer sur les finances des Canadiens», a-t-il répété à plusieurs reprises.

Au terme d'une semaine de controverse, le ministre des Finances a annoncé jeudi dernier qu'il vendra ses actions de la firme Morneau Shepell. Ses autres actifs financiers seront placés dans une fiducie sans droit de regard.

«Peut-être que j'ai été naïf de penser qu'il était suffisant de suivre seulement les recommandations de la commissaire à l'éthique. Mais je dois en faire plus», avait indiqué Bill Morneau, qualifiant la controverse de «distraction».

Les membres de la famille du ministre se départiront également de toutes leurs parts de Morneau Shepell, la compagnie que M. Morneau dirigeait avant d'entrer en politique.

Le ministre Morneau est empêtré dans cette polémique depuis que le «Globe and Mail» a révélé qu'il n'avait pas placé ses importants actifs financiers dans une fiducie sans droit de regard. Il avait pourtant promis de le faire au moment de son élection, en 2015.

M. Morneau détenait alors un peu plus de 2 millions d'actions de Morneau Shepell, des actifs évalués aujourd'hui à plus de 40 millions $.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos