Agence QMI
Agence QMI

Caméras dans les locomotives: le syndicat des cheminots fulmine

Caméras dans les locomotives: le syndicat des cheminots fulmine

Photo Reuters

Agence QMI

OTTAWA - Le syndicat des cheminots accuse le gouvernement Trudeau de vouloir placer les chauffeurs de train sous «surveillance» en obligeant l'installation d'enregistreurs audio-vidéo à bord de toutes les locomotives du pays.

«La proposition est une violation sans précédent du droit à la vie privée des Canadiennes et Canadiens, a affirmé le président de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada, Doug Finnson.

Le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a présenté mardi un projet de loi visant à créer une «charte des droits des passagers» aérienne.

Or, la mesure législative C-49 contenait aussi des mesures touchant l'industrie ferroviaire qui sont passées largement inaperçues. Le syndicat des cheminots n'aurait pas été consulté lors de la rédaction du projet de loi.

De plus, les associations de travailleurs contestent le fait que les compagnies de chemin de fer puissent avoir accès aux enregistrements.

À son avis, seul le Bureau de la sécurité des transports (BST), chargé d'enquêter les accidents, devrait être en mesure de les visionner.

Les entreprises de chemin de fer comme VIA Rail et Canadien Pacifique demandent depuis des années que des enregistreurs audio-vidéo soient installés à bord des locomotives pour des raisons de sécurité.

«Les Teamsters ne font pas confiance aux compagnies ferroviaires qui font pression pour que les règles du jeu soient changées en défaveur des travailleurs, poursuit le communiqué du syndicat. De plus, ces compagnies ont la réputation de violer systématiquement les droits de leurs salariés.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos