Agence QMI
Agence QMI

Industrie laitière: le Canada réplique à Trump Première montée de lait de Trump touchant l'ALENA

Industrie laitière: le Canada réplique à Trump Première montée de lait de Trump touchant l'ALENA

Photo Fotolia

Agence QMI

OTTAWA - Le Canada a rapidement voulu rétablir les «faits» après l'attaque du président américain Donald Trump sur les producteurs de lait canadien, mardi.

L'ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, a fait parvenir une lettre à deux gouverneurs américains, mardi soir, quelques heures après un discours enflammé au Wisconsin du président Trump.

Dans sa missive adressée aux gouverneurs du Wisconsin et de New York, M. MacNaughton soutient que le Canada n'est pas responsable des déboires de l'industrie laitière au sud de sa frontière, en s'appuyant sur un rapport du département américain de l'agriculture (United States Department of Agriculture).

Le document «montre clairement que les mauvais résultats du secteur laitier américain sont dus à une surproduction aux États-Unis et dans le monde», fait-il valoir.

«Comme le rapport l'indique sans équivoque, le Canada ne contribue pas à cette surproduction», insiste l'ambassadeur.

Les gouverneurs Scott Walker (WI) et Andrew Cuomo (NY) se sont récemment plaints des politiques laitières canadiennes à la Maison-Blanche, qui a promis d'agir.

Dans son discours de mardi, Donald Trump a qualifié de «très, très injustes» les pratiques commerciales du Canada qui s'appuie sur la gestion de l'offre, ajoutant que «la situation ne durera pas longtemps».

Mais selon M. MacNaughton, les règles commerciales actuellement en vigueur favorisent plutôt l'industrie américaine.

«De fait, l'industrie laitière canadienne est moins protectionniste que l'industrie laitière américaine», plaide-t-il dans sa lettre.

Selon l'ambassadeur, les producteurs américains exportent cinq fois plus au Canada que ces derniers n'exportent vers le sud.

Quoi qu'il en soit, la déclaration du président américain a semé l'inquiétude chez les partis d'opposition à Ottawa.

«Les propos de Trump confirment nos craintes envers sa présidence. Depuis longtemps, nous avions des préoccupations vis-à-vis la renégociation de l'ALÉNA», a indiqué la porte-parole du NPD en matière d'agriculture, Ruth Ellen Brosseau.

«Si Donald Trump ajoute une clause de Buy American [Acheter Américain] dans la renégociation de l'ALÉNA, il faudrait qu'on permette la création d'un équivalent québécois», a pour sa part fait valoir la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos