Guillaume St-Pierre
Agence QMI

Islamophobie: une députée libérale raconte son calvaire

Islamophobie: une députée libérale raconte son calvaire

Iqra Khalid. Photo Twitter

Guillaume St-Pierre

OTTAWA - «Tuez-la qu'on en finisse»; «elle est malade, déportez-la»; «les vrais Canadiens vont se soulever et se débarrasser de cette saleté de musulmane»; «Nous allons brûler vos mosquées». Une députée libérale fédérale à l'origine d'une motion condamnant l'islamophobie affirme avoir été inondée de messages haineux dans les dernières semaines.

Depuis qu'elle a déposé la proposition, en décembre, Iqra Khalid a reçu quelque 50 000 courriels, «dont plusieurs à caractère haineux», a-t-elle raconté jeudi en lisant certaines des insultes qui lui ont été transmises récemment.

Son profil Twitter aussi pullule de messages à caractère discriminatoires et parfois même ouvertement menaçants.

«J'ai demandé à mon personnel de verrouiller le bureau derrière moi parce que je crains maintenant pour leur sécurité, a-t-elle admis. Je leur ai demandé de ne pas répondre à tous les appels téléphoniques pour qu'ils n'entendent pas les menaces, les insultes et la quantité incroyable de haine criée au bout du fil.»

Iqra Khalid a l'habitude de vivre des épisodes d'intimidation. Lors du dépôt de la motion M-103 l'an dernier, elle a raconté son quotidien en tant que jeune fille immigrante musulmane au Canada.

«Il est arrivé que des enfants me bousculent à l'école et me crient à la tête: "Eh, la musulmane, retourne chez toi!" Pourtant, j'étais ici chez moi», avait-elle alors raconté.

La motion de Mme Khalid vise à reconnaître qu'il faut «endiguer le climat de haine et de peur qui s'installe dans la population» en plus de «condamner l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques».

Mais la proposition de la députée d'arrière-ban ne fait pas l'unanimité parmi les élus à Ottawa.

En réponse, le Parti conservateur a déposé jeudi une contre-motion, qu'ils jugent plus «inclusive».

Ainsi, au lieu de mettre l'accent sur l'islamophobie, les conservateurs souhaitent condamner «la discrimination des musulmans, des juifs, des chrétiens, des sikhs, des hindous et des autres communautés religieuses».

La ministre du Patrimoine Mélanie Joly a accusé l'opposition officielle de vouloir noyer le poisson. «Les conservateurs manquent de courage. Ils se cachent derrière un faux débat», a-t-elle dit.

«L'islamophobie existe. La reconnaître est la première étape afin de la contrer et de contrer le climat de haine et de peur envers cette communauté», a ajouté la ministre Joly.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos