Guillaume St-Pierre
Agence QMI

Transferts en santé: Justin Trudeau hausse le ton

Guillaume St-Pierre

Dernière mise à jour: 17-10-2016 | 21h04

OTTAWA - À mots à peine couverts, le premier ministre Justin Trudeau accuse Québec et les provinces d'utiliser à mauvais escient l'argent des transferts en santé que le fédéral leur envoie.

Dans une entrevue exclusive avec TVA nouvelles qui sera diffusée en intégralité mercredi, Justin Trudeau hausse le ton, et défend son intention de demander des comptes à Québec.

«Ce à quoi on s'attend, c'est que cet argent-là, que le gouvernement fédéral veut investir dans le système de santé, soit dépensé en matière de santé et pas utilisé pour des coupures d'impôt, pas utilisé pour aider les compagnies», martèle Justin Trudeau.

Invité à commenter les insinuations du premier ministre, Gaétan Barrette s'est dit «très surpris». L'argent que le fédéral envoie à Québec, rappelle M. Barrette, ne représente que 20 % des dépenses totales de la province en santé.

Depuis Toronto, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a fait écho aux propos du premier ministre, à quelques heures d'une importante rencontre avec l'ensemble de ses homologues des provinces.

Elle souligne que 90 % du nouvel argent investi en santé l'an dernier est sorti des poches du fédéral, et non des provinces. «Je ne sais pas où va cet argent», déplore-t-elle.

Dialogue de sourds

Depuis l'été, Ottawa et les provinces s'enlisent dans un dialogue de sourds en vue du renouvellement de l'Accord sur la santé.

Les provinces continuent de réclamer plus d'argent, alors qu'Ottawa insiste pour une négociation sur la base de priorités.

Québec et ses alliés reprochent au gouvernement Trudeau de vouloir abaisser de 6 % à 3 % la hausse des transferts fédéraux en santé à compter de 2017.

En contrepartie, le fédéral entend injecter des fonds dans les soins à domicile et en santé mentale.

Dans un communiqué conjoint, les ministres de la Santé provinciaux et territoriaux ont déclaré lundi que le Transfert canadien en matière de santé vient fournir aux provinces un financement à long terme stable et prévisible. Cette façon de faire constitue selon eux un mécanisme qui assure «la viabilité des systèmes de santé» au pays.

«La baisse par le gouvernement fédéral du facteur de progression du TCS entraînerait la perte de 60 milliards $ sur dix ans. Une base financière stable est fondamentale pour garantir des services de santé pour tous les Canadiens et Canadiennes», ont-ils mentionné.

Débats houleux aux Communes

Le dossier des transferts en santé a une nouvelle fois animé les débats au Parlement, lundi.
À la période des questions, le NPD a reproché aux libéraux d'imposer leur volonté aux provinces.

Justin Trudeau a riposté en disant que son parti fait plutôt preuve de «leadership», afin de «livrer aux Canadiens le système de santé auquel ils s'attendent».

De son côté, le Bloc québécois est catégorique: «Ce n'est pas au gouvernement fédéral de s'imposer comme tuteur de la gestion des provinces dans les soins de la santé», a insisté le chef intérimaire, Rhéal Fortin.

«C'est à Québec de gérer et c'est aux citoyens du Québec de dire au gouvernement Couillard, "tu gères mal notre argent".»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos