Dominique La Haye
Agence QMI

Boisvenu: aucune accusation en lien avec ses dépenses

Boisvenu: aucune accusation en lien avec ses dépenses

Pierre-Hugues Boisvenu. Photo Archives / Agence QMI

Dominique La Haye

OTTAWA - Après avoir reçu la confirmation qu'il ne ferait l'objet d'aucune accusation de la GRC en lien avec ses dépenses, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu songe à ne pas réintégrer le caucus conservateur.

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, le sénateur a affirmé avoir été avisé il y a un mois par le service juridique du Sénat que la GRC avait mis fin à l'enquête. Il indique qu'à aucun moment les enquêteurs n'ont cherché à le contacter.

«Évidemment, quand il y a possibilité d'enquête criminelle qui vous pend au bout du nez, disons que ça ajoute un stress au travail», a réagi mercredi le sénateur et ex-champion de la loi et l'ordre du gouvernement Harper.

Difficile

M. Boisvenu ne cache pas avoir vécu des moments difficiles après avoir été éclaboussé au printemps dernier dans un rapport du vérificateur général du Canada au sujet de certaines dépenses jugées illégitimes. Il avait même dû quitter le caucus conservateur pour siéger comme indépendant.

«C'est sûr que lorsque vous vous donnez à fond de train dans cette mission-là et que les gens vous mettent au banc des accusés comme un simple criminel, oui c'est difficile. C'est très, très difficile, ça vous remet en question et vous vous dites coup donc qu'est-ce que je fais là», a-t-il soutenu.

«Lorsqu'on se donne beaucoup en politique, il ne faut pas penser que l'ascenseur revient. (...) C'est certain que quand arrivent des moments comme il est arrivé, on se retrouve souvent tout seul dans son coin», a-t-il ajouté.

S'il compte rester au Sénat, où il entend continuer à faire de la défense des droits des victimes son cheval de bataille, il affirme être en réflexion sur la possibilité de réintégrer ou non le caucus conservateur.

«Je vais regarder sur quel siège je vais être le plus confortable pour faire avancer cette cause-là, sachant que le gouvernement conservateur n'est plus au pouvoir», a-t-il expliqué.

Enquête de la GRC

Dans son rapport rendu public en juin dernier, le vérificateur général du Canada pointait du doigt une trentaine de sénateurs et ex-sénateurs qui présentaient des dépenses non conformes et dont les dossiers avaient été transmis à la GRC. Le quotidien Globe and Mail a révélé mercredi que la GRC avait renoncé à porter des accusations pour au moins 24 d'entre eux.

L'audit du vérificateur général reprochait à M. Boisvenu d'avoir réclamé un peu plus de 61 000 $ sans être en mesure de démontrer que ces dépenses étaient liées à des activités parlementaires.

Près de 40 000 $ représentaient des frais de déplacement et d'hébergement liés à des activités organisées par l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues qu'il a fondée. Près de 16 000 $ portaient sur des dépenses liées à des indemnités de logement.

À l'instar d'autres sénateurs, M. Boisvenu a contesté les conclusions de l'audit auprès d'un ex-juge de la Cour suprême du Canada, Ian Binnie, mandaté par le Sénat pour réviser l'audit. Les résultats de son analyse devraient être rendus publics lundi prochain.

Réaction de Trudeau

De passage à New York mercredi le premier ministre Justin Trudeau a réagi aux révélations du Globe and Mail à l'effet que la GRC avait abandonné les enquêtes.

«J'espère que toutes ces années très difficiles pour les sénateurs, pour le Sénat, pour la démocratie et ses institutions au Canada vont nous amener à une place, où nous allons encore une fois avoir confiance dans le travail que font les sénateurs», a-t-il déclaré.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos