Lise Millette
Agence QMI

Trudeau et Obama au diapason

Justin Trudeau en visite à Washington

Voir en plein écran
Previous Next

Lise Millette

Dernière mise à jour: 10-03-2016 | 20h07

WASHINGTON - Sans avoir en main les plans d'un nouvel accord sur le bois d'œuvre, Justin Trudeau a déjà la certitude de repartir de Washington avec des engagements explicites sur le climat et sur une volonté manifeste d'augmenter la fluidité frontalière.  

La question du bois d'œuvre est particulièrement importante pour le Québec. Si Justin Trudeau a assuré jeudi, en point de presse, que le sujet a été abordé, Barack Obama n'a pas caché qu'il subsistait encore des «irritants». Dans ce dossier, l'un et l'autre ont toutefois assuré qu'une entente sera trouvée et que l'issue sera gagnante pour les deux pays.

Le bois d'œuvre fait partie des questions économiques épineuses entre le Canada et les États-Unis. Des enjeux commerciaux évidents et des critiques de «dumping» se soldant par l'application de mesures protectionnistes américaines ont déjà émergé dans le passé.

Cette fois-ci par contre, c'est un enjeu d'une autre nature qui pourrait presser le pas du Québec, selon le porte-parole du NPD en matière de Finances, Guy Caron.

«Les ravages que cause la tordeuse des bourgeons de l'épinette pourraient rendre nécessaire une coupe accélérée afin d'en minimiser les dommages à plus long terme», a insisté Guy Caron, député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques, une région touchée par la question forestière.

Une telle décision aurait toutefois un impact considérable sur la quantité de bois récoltée.

Frontières et environnement

Si les discussions sur le bois d'œuvre sont encore à l'état de chantier, la question de la mobilité est pratiquement réglée. Justin Trudeau s'est engagé sur le prédédouanement aux aéroports Billy-Bishop, à Toronto et à celui de Jean-Lesage, à Québec. La procédure toucherait également le train à Montréal et Vancouver.

Au chapitre de l'environnement, le premier ministre a aussi promis de mener la lutte de concert avec les États-Unis envers le développement d'une économie durable dans la région sensible de l'Arctique.

«Nous travaillerons ensemble pour élaborer de nouvelles normes fondées sur les données scientifiques pour la pêche commerciale, le transport maritime à faibles émissions, le développement durable et la biodiversité dans l'Arctique», a déclaré M. Trudeau.

Obama à Ottawa

Autre point marqué, Justin Trudeau a convaincu le président Obama de venir séjourner à son tour au Canada. En diapason avec le premier ministre canadien, M. Obama a confirmé sa présence l'été prochain et profitera de son séjour pour s'adresser aux membres du Parlement à Ottawa.

Après moult discussions et échanges, la journée de jeudi a culminé par le dîner d'État à la Maison-Blanche en présence de dignitaires politiques et de nombreuses personnalités publiques dont Gary Bettman, commissaire de la Ligue nationale de hockey et Adam Silver de la National Basketball Association (NBA).

Le philanthrope canadien Stephen Bronfman, les acteurs canadiens Michael J. Fox, Mike Myers, Ryan Reynolds et Sarah Oh ainsi que la présidente de l'entreprise Lockheed Martin, Marillyn Hewson étaient aussi des invités de marque conviés à l'événement.

Des fleurs

Les discussions ont été si fructueuses entre Barack Obama et Justin Trudeau qu'il serait possible de parler d'une véritable lune de miel.

Au terme de leur entretien, le premier ministre Trudeau a affirmé que Barack Obama était pour lui un conseiller admiré pour son intellect et ses qualités de cœur.

De son côté, le président a salué l'énergie, la passion et le dynamisme de Justin Trudeau.

L'érable en vedette

L'érable était en vedette dans la capitale américaine, jeudi, lors de la cérémonie d'accueil officielle de Justin Trudeau et de sa famille à la Maison-Blanche.

Le Canada a profité de ce voyage du premier ministre Trudeau pour remettre 150 érables à son voisin du sud.

Un parfum d'érable devait également flotter au dîner d'État, jeudi soir, puisque la pâtissière de la Maison-Blanche en a fait son inspiration au moment de dresser le menu des convives.

Le Canada a pris soin de n'oublier personne dans les cadeaux remis aux hôtes de la Maison-Blanche, pas même les chiens présidentiels.

Ainsi, Justin Trudeau a offert une sculpture d'un artiste cri à Barack Obama, Sophie Grégoire a opté pour une cape perlée réalisée par une artisane de Kahnawake, au Québec, pour la première dame, alors que les filles du couple Obama ont reçu des écharpes signées Maverick.

Des muttluks, des bottes pour chiens, ont par ailleurs été offertes à Bo et Sunny, qui vivent aux quotidiens avec les Obama à la Maison-Blanche.

-Avec AFP

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos