Guillaume St-Pierre et Dominique La Haye
Agence QMI

Ottawa abroge la loi sur la déchéance de citoyenneté

Guillaume St-Pierre et Dominique La Haye

Dernière mise à jour: 25-02-2016 | 16h43

OTTAWA - Le gouvernement Trudeau annule une loi adoptée par les conservateurs de Stephen Harper qui permettait de révoquer la double citoyenneté des Canadiens condamnés pour des actes de terrorisme, de haute trahison ou d'espionnage.

Les libéraux donnent ainsi suite à leur engagement électoral d'abroger la controversée Loi C-24.

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, John McCallum, a ainsi confirmé, jeudi, que la double citoyenneté révoquée d'une personne condamnée pour acte terrorisme en septembre dernier allait lui être remise dès que la loi entrera en vigueur.

Zakaria Amara, le seul individu ayant perdu sa nationalité canadienne dans le cadre de la loi du précédent gouvernement conservateur, purge une sentence à vie dans un pénitencier au Québec. L'homme, qui a aussi la nationalité jordanienne, a été condamné pour sa participation dans un complot de 2006 visant à faire exploser des bombes au centre-ville de Toronto.

«Tous les citoyens canadiens sont égaux devant la loi, qu'ils soient nés au Canada, aient été naturalisés au Canada ou possèdent une double citoyenneté, a déclaré le ministre McCallum. C'est une question de principe. Nous avons notre système de justice. Nous avons nos prisons pour les gens qui sont des criminels.»

La sécurité en jeu

Si l'annonce des libéraux a été bien reçue au NPD et au Bloc québécois, les conservateurs, eux, accusent le gouvernement de jouer avec la sécurité des Canadiens.

La critique conservatrice en matière d'Immigration, Michelle Rempel, soutient que la seule personne qui se réjouit du projet de loi libéral est «un terroriste reconnu coupable de complot» terroriste, s'est-elle désolée en point de presse.

«Je pense que plusieurs Canadiens sont déçus aujourd'hui, a dit Mme Rempel. Ce projet de loi est un gain pour Zakaria Amara, et pas pour beaucoup d'autres Canadiens.»

Plusieurs changements

Le ministre McCallum a déposé jeudi un projet de loi modifiant la Loi sur la citoyenneté et apportant une série de changements à plusieurs mesures mises en place sous le gouvernement Harper.

Ainsi, la nouvelle loi libérale propose de réduire le temps que doit passer un immigrant au Canada avant qu'il puisse demander la citoyenneté.

Actuellement, un immigrant doit être physiquement au pays durant quatre ans sur six ans précédant la date de la demande de citoyenneté. La nouvelle loi propose de réduire cette période à trois ans sur cinq ans.

Ottawa compte aussi réduire les exigences linguistiques pour faciliter la vie aux futurs citoyens.
Selon la loi mise en place par les conservateurs, les demandeurs âgés de 14 à 64 ans doivent démontrer une connaissance suffisante de l'anglais ou du français.

Les libéraux veulent limiter cette obligation aux 18 à 54 ans.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos