Dominique La Haye
Agence QMI

Ottawa prolonge l'évaluation du projet Énergie Est

Dominique La Haye

OTTAWA - Dans l'espoir d'apaiser les tensions que suscite le projet de pipeline Énergie Est, le gouvernement Trudeau en prolonge de neuf mois son évaluation environnementale par le fédéral.

Les libéraux ont dévoilé, mercredi, une série de changements temporaires devant guider l'Office national de l'énergie (ONÉ) et d'autres instances fédérales dans l'examen des projets à l'étude.

Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, a fait valoir qu'il s'agissait d'un «premier pas» avant de donner suite à leur engagement électoral de «moderniser» plus en profondeur l'ONÉ et le processus d'évaluation environnementale.

L'étude du projet de la compagnie TransCanada - qui provoque une levée de boucliers dans plusieurs municipalités au Québec - passera ainsi de 15 à 21 mois. La décision du gouvernement sera pour sa part prolongée de trois mois pour un total de 27 mois. Le gouvernement devrait ainsi être amené à prendre une décision sur l'avenir du projet en 2018. «On fait ce qu'on peut avec nos principes pour accommoder ça et c'est certain que ça va être vraiment mieux que ce ne l'était dans le passé», a pour sa part indiqué la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

Gaz à effet de serre

Le gouvernement a ainsi émis certains principes devant améliorer la confiance du public dans le projet Énergie Est. Parmi eux, les émissions de gaz à effet de serre en amont devront être prises en compte. Des consultations «plus rigoureuses» auprès des peuples autochtones affectés par le projet devront être effectuées et financées. L'ONÉ devra «faciliter» la participation du public dans le processus d'évaluation et trois membres temporaires seront aussi nommés par l'Office.

Le député conservateur Steven Blaney a accusé le gouvernement de chercher à «réinventer le bouton à quatre trous». «On a un processus stable, efficace et sécuritaire et surtout le transport par pipeline, le maire Labeaume le rappelait, c'est le moyen de transport le plus sécuritaire d'une part et d'autre part c'est celui qui génère le moins de gaz à effet de serre», a-t-il lancé.

Pour le chef du NPD, Thomas Mulcair, le processus de transition annoncé par le gouvernement libéral est «de la poudre aux yeux». Il accuse le premier ministre de vouloir «patcher» un système que le gouvernement précédent a rendu «défaillant».

«Le problème, c'est qu'en ce moment, M. Trudeau est en train de dire on va prendre le processus conservateur, complètement défaillant, on va vous ajouter un petit bout ici, puis le tout va être correct», a-t-il déploré.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos