Agence QMI

Trudeau n'entend pas revenir sur sa décision de retirer les CF-18

SAINT ANDREWS, N.-B. - Le gouvernement Trudeau n'entend pas revenir sur sa décision de retirer les CF-18 de la mission canadienne au Moyen-Orient, malgré le cri du cœur lancé par la mère de l'une des victimes de l'attentat survenu au Burkina Faso.

Le premier ministre Justin Trudeau a maintenu le cap, lundi, lorsqu'il a été questionné à ce sujet en marge d'une réunion de son cabinet, dans la petite municipalité de Saint Andrews au Nouveau-Brunswick.

«Le Canada continue d'être engagé dans la coalition contre les terroristes, de travailler avec les autres pays de façon humanitaire, de façon à aider les réfugiés, mais également de s'engager de façon militaire. C'est pour cela que notre ministre de la Défense est en train de discuter avec nos alliés, d'élaborer un plan pour démontrer que le Canada continue d'être très engagé dans la lutte contre le terrorisme», a déclaré M. Trudeau.

La mère de Maude Carrier, l'une des victimes de l'attentat terroriste survenu vendredi à Ouagadougou, a interpellé le premier ministre, lundi sur les ondes de la radio FM93, lui demandant de poursuivre la mission militaire et les frappes aériennes en Irak et en Syrie contre le groupe armé État islamique.

M. Trudeau s'est contenté de réitérer ses condoléances aux proches des victimes. Il a condamné les attentats récents au Burkina Faso et en Indonésie, où des Canadiens ont perdu la vie.

«C'est un moment extrêmement difficile pour eux et pour le Canada d'avoir perdu tant de gens dans cette dernière semaine. Nous condamnons de la façon la plus sévère possible ces attentats et nous savons que la lutte contre le terrorisme à l'échelle mondiale est essentielle et doit se faire de façon intelligente et raisonnable et enthousiaste», a-t-il lancé.

Le premier ministre a indiqué que le Canada se doit en tant que membre de la communauté internationale «de faire tout ce qu'on peut à l'échelle internationale, y compris en Afrique du Nord». Il n'a toutefois pas précisé de quelle manière cela devait être fait.

«Nous cherchons différentes façon d'être engagé de façon efficace contre les terroristes et nous allons continuer de rassurer et nos alliés et les Canadiens que le Canada demeure un partenaire engagé dans cette lutte contre le terrorisme», a-t-il soutenu.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, presse pour sa part le gouvernement de «mettre un terme à l'ambiguïté» sur le rôle que le Canada entend jouer dans la lutte contre l'État islamique. Selon elle, l'attentat survenu au Burkina Faso démontre une fois de plus que le gouvernement fédéral doit maintenir les CF-18 en Irak et en Syrie.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos