Agence QMI

C-51: le commissaire à la protection de la vie privée préoccupé

C-51: le commissaire à la protection de la vie privée préoccupé

Le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien. Photo Chris Wattie / Reuters

OTTAWA - Le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, craint que le nouveau projet de loi contre le terrorisme ne respecte pas le droit à la protection de la vie privée des Canadiens.

Le projet de loi C-51 propose de réduire le seuil de ce qui est nécessaire pour la police avant de procéder à une arrestation dans une affaire de terrorisme. Auparavant, une arrestation pouvait être faite seulement si un acte terroriste allait être perpétré alors que le projet de loi permettrait à la police d'arrêter un suspect si une attaque «peut être» sur le point de se produire.

Le projet de loi prévoit aussi d'étendre les pouvoirs du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) pour répliquer aux messages des sites web et des comptes Twitter des terroristes, ou pour «perturber» ces sites.

«Cette Loi, à ce qu'il semble, permettrait aux ministères et organismes gouvernementaux de communiquer les renseignements personnels de tout individu, y compris de Canadiennes et Canadiens ordinaires qui pourraient ne pas être soupçonnés d'activités terroristes, dans le but de détecter et d'identifier de nouvelles menaces à la sécurité, a commenté M. Therrien. Il n'est pas clair qu'il s'agirait là d'une mesure proportionnée respectant le droit à la vie privée de tous les Canadiens.»

M. Therrien a ajouté que les Canadiens veulent se sentir en sécurité, tout en attachant une grande importance à leur droit à la vie privée. «Ils souhaitent aussi que leur gouvernement soit plus transparent au sujet des activités qu'il mène au nom de la sécurité nationale et veulent savoir pourquoi elles sont nécessaires», a rappelé le commissaire.

Le premier ministre Harper a cependant insisté pour dire que c'était les djihadistes et non pas son projet de loi qui constituaient la véritable menace aux libertés des Canadiens. «Ils veulent nous faire du mal parce qu'ils détestent notre société et les valeurs qu'elle représente», a-t-il dit.

Les journalistes de la colline parlementaire qui ont couvert l'événement n'ont obtenu une copie du projet de loi que quelques instants avant son dépôt, vendredi.

Le porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires étrangères, Paul Dewar, a déclaré que le «terrorisme est un vraie menace pour la société», mais qu'il était préoccupé au sujet de l'absence de surveillance «proportionnelle» du SCRS avec l'augmentation de ses pouvoirs.

«Si vous augmentez les pouvoirs (des agences de sécurité), vous avez besoin d'une surveillance proportionnelle», a dit M. Dewar. Ce gouvernement ne prend pas au sérieux les présentes obligations de surveillance au sérieux, a-t-il ajouté.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos