Giuseppe Valiante / Agence QMI
Agence QMI

Les publicités anti-marijuana sont basées sur la science

Les publicités anti-marijuana sont basées sur la science

La ministre de la Santé, Rona Ambrose.Photo Archives / Agence QMI

Giuseppe Valiante / Agence QMI

OTTAWA - Face aux critiques d'une députée libérale voulant que les conservateurs «fassent peur aux gens» avec des publicités «affolantes» contre la marijuana, la ministre de la Santé, Rona Ambrose, a répliqué que ces publicités reposent sur des données scientifiques et ne sont pas empreintes de partisanerie.

La campagne publicitaire de plusieurs millions de dollars comporte un message télévisé montrant un cerveau humain fait de tubes de verre, dans lesquels circule de la fumée. «(La marijuana) peut perturber un adolescent pour la vie», dit la narration.

La députée libérale Hedy Fry, membre du comité parlementaire sur la santé, a déclaré jeudi que les conservateurs ne tenaient pas à renseigner les Canadiens sur les bienfaits de la marijuana. Elle a ajouté que le gouvernement devrait encourager la recherche et les essais cliniques sur cette drogue, faisant ainsi écho à son chef libéral qui réclame un climat plus serein autour de la question de la marijuana au Canada.

Justin Trudeau s'est dit en faveur de la légalisation de cette substance au Canada. Il soutient que les taxes et la réglementation du gouvernement couperaient court et restreindraient son accessibilité auprès des enfants.

Selon la ministre Ambrose, la campagne publicitaire a précisément été mise sur pied pour lutter contre la consommation de la marijuana par les enfants, et non pour promouvoir les politiques anti-marijuana des conservateurs.

Ce sont des spécialistes canadiens en santé qui lui ont dit qu'une campagne d'information était nécessaire pour susciter de l'intérêt concernant les effets possiblement nocifs de la marijuana sur des cerveaux en développement.

«Je n'en reviens pas de la réaction des gens qui prétendent que les publicités découlent d'une position partisane, a dit Mme Ambrose au comité. Il y a des parents qui ont des enfants clairement perturbés (par la marijuana). Nous allons continuer (notre campagne).»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos