Bryn Weese
Agence QMI

Armes à feu: un feu croisé entre le fédéral et les provinces

Armes à feu: un feu croisé entre le fédéral et les provinces

Steven Blaney.Photo Chris Wattie / Reuters

Bryn Weese

TORONTO – Les propriétaires d’armes sont pris dans un feu croisé entre le gouvernement fédéral et certains commissaires au contrôle des armes à feu qui ont soulevé la controverse face au projet des conservateurs de modifier les lois sur les armes à feu.

La semaine dernière, le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney a présenté son projet de loi sur les armes à feu qui assouplit certaines règles, mais rend l’acquisition d’une arme à feu plus difficile pour les nouveaux amateurs.

La responsable du bureau du contrôleur des armes à feu de l’Île-du-Prince-Édouard, Vivian Hayward, a prévenu que ces changements dans les lois sur les armes à feu nous rapprochaient dangereusement d’une autorisation de porter une «arme à la ceinture».

Lundi, le bureau du ministre Blaney a accusé Mme Hayward d’être alarmiste.

«Les propriétaires d’armes qui sont respectueux des lois en ont assez de se faire harceler par des non-élus et des contrôleurs d’armes provinciaux qui ne sont pas imputables face à la population, a lancé à l’Agence QMI, Jean-Christophe de la Rue, porte-parole du ministre. Mme Hayward a tort. Si elle avait pris un moment pour lire la proposition de notre gouvernement, elle aurait vu qu’il n’y a pas de changements aux règles touchant le transport sécuritaire des armes ».

Selon la proposition des conservateurs, les propriétaires d’armes ont toujours l’obligation de transporter leur arme dans un contenant autorisé, séparé des munitions et de se rendre le plus directement possible dans un champ de tir ou dans un endroit où il est permis de pratiquer la chasse.

«Un contrôleur d’armes avisé se serait renseigné avant d’alarmer et d’intimider la population», a tranché M. de la Rue.

La semaine dernière, M. Blaney a aussi annoncé une prolongation de l’amnistie pour les propriétaires d’armes nouvellement prohibées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Ces armes demeurent interdites, mais les propriétaires qui les ont achetées avant le changement de classification peuvent toujours les utiliser.

Toutefois, le contrôleur des armes du Québec (la Sûreté du Québec) a annoncé que ces armes ne sont pas permises dans la province, court-circuitant ainsi la décision du ministre fédéral.

Une raison de plus de dépouiller les contrôleurs des armes provinciaux de leur pouvoir, comme prévu dans la proposition des conservateurs, selon le ministère.

«Nous avons bien hâte d’implanter la loi du gros bon sens sur les permis d’armes à feu (Common Sens Firearms Licensing Act) qui limitera les pouvoirs discrétionnaires des contrôleurs provinciaux», conclut M. de la Rue.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos