Jessica Hume / Agence QMI
Agence QMI

Témoignages troublants aux audiences sur la prostitution

Témoignages troublants aux audiences sur la prostitution

Photo d'Archives / Agence QMI

Jessica Hume / Agence QMI

OTTAWA – Le comité parlementaire qui étudie la réforme de la loi encadrant la prostitution a entendu d’autres témoignages troublants d'ex-travailleuses du sexe, mercredi.

Plusieurs anciennes prostituées ont indiqué que des dommages irréparables ont été causés à leur vie en raison des expériences qu’elles ont vécues.

Bridget Perrier ne peut accoucher naturellement en raison des traumatismes qu’a subis son col de l’utérus.

Mme Perrier travaille aujourd’hui pour «Sex Trade 101», une organisation qui aide les prostituées à se sortir du milieu. Elle a raconté avoir été réduite à l’esclavage sexuel lorsqu’elle était enfant pour servir des hommes qui lui ont volé son innocence, et qui l’ont forcé à «des actes qu’aucune petite fille ne devrait subir».

Mme Perrier a lu une lettre écrite par un enfant d’une victime du tueur en série Robert Pickton, dans laquelle il est mentionné que les orphelins des meurtres de Pickton ne veulent pas la légalisation de la prostitution.

Les audiences sur le projet de loi C-36 se terminent jeudi. Plus de 60 témoins se seront exprimés sur la réforme.

Le gouvernement a dû réécrire les lois régissant la prostitution après que la Cour suprême du Canada eut invalidé leur constitutionnalité, au mois de décembre 2013.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos