Frédéric Desjardins
Agence QMI

Maxime Bernier souhaite l'abolition du Sénat

Maxime Bernier souhaite l'abolition du Sénat

Maxime BernierPhoto Archives Reuters

Frédéric Desjardins

RIMOUSKI – Maxime Bernier a estimé que les Canadiens devraient se prononcer sur l’avenir du Sénat dans un avenir rapproché.

Rejoint à Calgary pendant le congrès du Parti conservateur, le député de Beauce croit qu’il est temps de se pencher sur ce dossier avec les allégations entourant les dépenses des sénateurs Patrick Brazeau, Mike Duffy et Pamela Wallin. Ils furent tous nommés par le premier ministre Stephen Harper.

«Je pense que les Canadiens devraient se prononcer par référendum à savoir si on devrait réformer ou abolir le Sénat. Personnellement, je souhaite son abolition. Ça nous coûte 100 millions $ par année et la démocratie se porterait aussi bien sans cela», a estimé Maxime Bernier.

M. Bernier a souligné que la Nouvelle-Zélande a aboli son Sénat et que l’Irlande fera un référendum sur la question. Aux États-Unis, les sénateurs sont élus depuis 1913, alors qu’ils étaient nommés auparavant.

«Le Québec a été la dernière province à abolir son sénat en 1968. Pour aller de l’avant avec un référendum, il faudra cependant que toutes les provinces passent une résolution en ce sens», a précisé M. Bernier.

L’idée ferait son chemin selon ses dires. Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a approuvé l’idée du député de Beauce. «Ça fait déjà plusieurs mois que notre gouvernement a demandé à la Cour Suprême de nous dire ce dont on a besoin pour réformer ou abolir le Sénat», a rappelé Maxime Bernier.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos