Annie Dufour
Agence QMI

La ministre Oda fumait dans son bureau

Ottawa - La ministre Oda fumait dans son bureau

Bev OdaPhoto Chris Wattie / Reuters


Annie Dufour

OTTAWA – Ministre du gouvernement Harper, Bev Oda, qui démissionné de son poste au début juillet, ne prêchait pas par l'exemple en matière de respect de la loi.

Elle a enfreint les règles en vigueur dans tous les immeubles fédéraux en fumant régulièrement dans son bureau à l'Agence canadienne de développement international (ACDI), a appris TVA Nouvelles.

« C'était vraiment terrible », a affirmé une source haut placée au sein du gouvernement fédéral.

« La fumée passait en dessous de la porte, a-t-elle ajouté. Ça empestait tout le bureau. Le personnel ne pouvait rien faire et s'en trouvait frustré. »

Mme Oda avait fait l'objet de plusieurs critiques au printemps dernier après qu'il eut été révélé qu'elle n'avait pas prêché davantage par l'exemple lors d'une conférence internationale sur la vaccination des enfants pauvres en 2011 à Londres. Elle avait séjourné à cette occasion dans un hôtel très luxueux, le Savoy, dont les chambres coûtent 665 $ la nuit et le verre de jus d'orange 16 $.

Elle a annoncé le 3 juillet dernier qu'elle démissionnait son poste de la Coopération internationale.

Une ancienne employée de l'ACDI, dont le bureau se trouvait sur le même étage que celui de Bev Oda, a tenté de changer les choses.

« Ça sentait très fort la cigarette. Je ne savais pas d'où ça venait exactement. Je suis allée me plaindre à la direction. Ils m'ont dit qu'ils enquêteraient. » Quand on lui est revenue, les résultats de l'enquête l'ont laissée complètement abasourdie.

« C'était la ministre (Oda) elle-même qui fumait, m'a-t-on dit ! Je n'en revenais pas. »

« Inadmissible » L'opposition officielle digère très mal le système de Bev Oda, qualifié d'« une loi pour moi, une autre pour le peuple ».

« C'est inadmissible qu'un représentant élu ne respecte pas les mêmes règles que les citoyens. Si elle a des amendes à payer », qu'elle les paye, a tranché Hélène Leblanc, députée du NPD LaSalle-Émard, en entrevue.

Plusieurs sources ont confirmé la présence d'un purificateur d'air dans le bureau de Bev Oda. Elles croient qu'il a été acheté par le ministère pour camoufler l'odeur de cigarettes, mais cela n'aurait guère fonctionné.

Le responsable de l'équipement à l'ACDI, Luc Raymond, n'a pas voulu répondre aux questions de TVA Nouvelles.

Après un long silence au bout du fil, il nous a référé à la Loi sur l'accès à l'information.

Daniel Paillé du Bloc Québécois, quant à lui, est outré. « Si c'est le cas, elle a non seulement violé la loi, elle a en plus utilisé l'argent des contribuables pour le faire. C'est un double affront.

Le porte-parole de la ministre jusqu'à sa démission, Justin Broekema, nie tout. À sa connaissance, Bev Oda n'a jamais fumé dans son bureau. Selon lui, personne ne s'est jamais plaint de l'odeur de fumée.

Ni elle ni le ministère n'auraient acheté de purificateur d'air.

Quant à Mme Oda, elle n'a pas répondu à nos nombreux appels.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos