Héloïse Archambault
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

Il voulait être « premier ministre »

Jack Layton - Il voulait être « premier ministre »

Jack Layton avait clairement annoncé ses ambitions politiques dès son adolescence.Photo courtoisie

Héloïse Archambault
Le Journal de Montréal

Jack Layton avait clairement annoncé ses ambitions politiques dès son adolescence, alors qu'il avait écrit qu'il deviendrait rien de moins que «premier ministre» dans l'album des finissants de son école secondaire.

«Je quitte pour devenir le premier ministre», avait-il indiqué dans l'album de la cohorte de 1967 de l'école Hudson High, où il a étudié.

Cette déclaration traduit bien le type d'étudiant qu'il était à l'époque, alors que ceux qui l'ont côtoyé se rappellent pellent de lui comme d'un leader dans la petite communauté anglo-anglophone phone de Hudson, à l'ouest de Montréal. réal.

«Il était énormément impliqué, se rappelle le rédacteur en chef du Hudson Gazette, Jim Duff, qui l'a connu à l'école secondaire. Peu importe le dossier, il était là pour défendre les gens.»

Dans le livre des finissants, ses copains avaient écrit à son sujet : «Il a toujours un sourire éclatant, qui démontre son amitié incontestable envers le monde. Au cours des dernières années, il a prouvé qu'il était le leader de la cohorte.»

Un adolescent impliqué

En 1967, Jack Layton faisait partie de l'équipe de football de l'école, présidait le conseil étudiant et était membre du club de débat.

«Il était dans toutes les décisions politiques, il dégageait une grande confiance et était très connu dans l'école, ajoute Garth Tilling, qui a aussi étudié avec l'homme. Jack était très intelligent et très bon académiquement.»

«En dehors de l'école, il était dans le groupe Civitan, et il militait pour que la Ville investisse de l'argent dans un centre pour les jeunes, poursuit Jim Duff. Il avait le sens de la politique, il était capable de faire n'importe quoi.»

La fameuse course de vélo

Garth Tilling se rappelle par ailleurs que Jack Layton avait aussi un grand sens de l'humour.

«Je me rappellerai toujours la fois où il avait remporté la course de vélo où le gagnant était celui qui arrivait en dernière place. Il était très drôle.»

* * *

«Jack Layton était de tous les combats.»

- Gérald Tremblay, maire de Montréal

«Aujourd'hui, les néodémocrates pleurent la mort d'un grand Canadien»

- Nycole Turmel, chef intérimaire du NPD

«Je n'oublierai jamais l'image de Jack faisant campagne en tant que guerrier heureux»

- David Jacobson, l'ambassadeur américain au Canada



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos