Actualités

Bloc Québécois

Mario Laframboise et le Bloc s’en remettront aux militants


Simon Dessureault
Agence QMI
12/05/2011 20h25
Bloc Québécois - Mario Laframboise et le Bloc s’en remettront aux militants

Mario Laframboise
© Archives / Agence QMI

Ce sont les militants du Bloc québécois (BQ) qui vont décider de l’orientation future de la formation politique qui ne compte plus que quatre députés à Ottawa.

L’ex-député d’Argenteuil-Papineau-Mirabel et organisateur en chef de la dernière campagne électorale du BQ, Mario Laframboise, affirme que Vivianne Barbot, la présidente par intérim du BQ, et le bureau national du parti, vont enclencher prochainement une tournée de la province pour discuter de la situation actuelle du BQ.

Le Bloc a encore des militants dans 75 organisations de comté. «Avant de se relancer, il faut aller voir nos militants. On va faire le tour des associations de circonscriptions pour s’assurer de garder notre membership. On ne peut pas donner d’orientations pour l’instant. Tout est sur la table. On va analyser les résultats de la dernière élection, regarder l’avenir du mouvement souverainiste, etc. Ce sont les militants qui vont décider des actions du Bloc Québécois», a dit Mario Laframboise, lors d’un entretien téléphonique.

Selon M. Laframboise, la base du parti est solide et il n’y a pas personne qui s’est fait critiquer personnellement pour la défaite. «On a plus de 50 000 membres et on a amassé un montant d’argent record durant la campagne électorale. On a aussi obtenu 4800 nouveaux membres durant cette période. Le phénomène de la popularité montante de Jack Layton était plus fort que tout. La tendance était établie. Je me suis douté de ma défaite une semaine à l’avance. La politique est rendue une science et on peut parfois savoir à l’avance ce qui va se passer», a-t-il ajouté.

La chefferie

Questionné à savoir s’il pourrait être intéressé par la chefferie du parti, Mario Laframboise a indiqué «qu’il n’y a aucun avantage à se lancer dans la course tout de suite». «Mais il ne faut jamais dire non et il faut être au bon endroit au bon moment. On verra ce qui arrivera et il faut laisser retomber la poussière. On pourrait aussi être surpris des candidats qui vont arriver.»

 
Actualités
Succession au PLC Marc Garneau intéressé Agence QMI
Politique fédérale Layton promet de l'action à Ottawa Agence QMI