L'ASSÉ lance un ultimatum au ministre Duchesne


Ewan Sauves

Dernière mise à jour: 04-02-2013 | 14h15

MONTRÉAL - L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) a lancé un ultimatum, lundi, au ministre Pierre Duchesne : si la gratuité scolaire ne fait pas partie des discussions, l'ASSÉ appellera au boycottage du Sommet sur l'enseignement supérieur.

Réunies en congrès à Saint-Félicien le week-end dernier, les associations étudiantes membres de l'ASSÉ se sont prononcées en faveur d'une escalade des moyens de pression si Pierre Duchesne, ministre de l'Enseignement supérieur, refuse toujours de considérer la gratuité scolaire comme un scénario envisageable.

Le secrétaire aux finances et porte-parole de l'association, Jérémie Bédard-Wien, a indiqué que les étudiants n'auront pas le choix que de retourner dans les rues pour manifester, le cas échéant.

«Pour que l'ASSÉ participe au Sommet, tout doit être sur la table. C'est la différence entre un débat ouvert et un exercice de relation publique, a expliqué Jérémie Bédard-Wien. On tend au ministre Duchesne une perche finale et lui somme de respecter ses engagements.»

Autres conditions

L'ASSÉ a formulé d'autres conditions pour qu'elle prenne part au Sommet. Entre autres, les scénarios envisagés sur la table des négociations ne doivent pas être des hausses de frais de scolarité, l'indexation comprise.

«Nous ne nous sommes pas battus pendant six mois pour une autre hausse de frais de scolarité ou pour un Sommet orienté, a dit le porte-parole. Nous nous battrons encore pour que l'on conçoive l'éducation comme un bien collectif», a ajouté M. Bédard-Wien.

Aussi, si à la fin du Sommet sur l'enseignement supérieur un Conseil des universités est créé, celui-ci ne devra pas établir des mécanismes d'assurance-qualité. «On se méfie que des mécanismes qui imposent des indicateurs d'évaluation selon des critères de performance ou de réputation soient établis», a ajouté Mme Parchemal.

Une première manifestation organisée par l'ASSÉ se tiendra le 26 février, afin de défendre une éducation «libre, accessible, émancipatrice et gratuite», selon Jérémie Bédard-Wien.

Du côté du Parti québécois, l'attaché de presse de Pierre Duchesne, Joël Bouchard, a déclaré que le ministre de l'Enseignement supérieur répondra à l'ultimatum de l'ASSÉ mercredi, lors du Conseil des ministres. M. Bouchard n'a pas souhaité donner plus de détails.


Vidéos

Photos