Caroline Lepage
Agence QMI

Trop ivre, il meurt d'hypothermie

Intoxiquée, la victime a chuté dans une pente et est décédée d'hypothermie - Trop ivre, il meurt d'hypothermie

La famille de Tommy Bisaillon-Daigneault a installé une croix, près de la rivière où il a été trouvé mort, en décembre dernier. Photo : Caroline Lepage

Caroline Lepage

WICKHAM | Un homme de 25 ans qui était trop intoxiqué pour quitter en voiture le party de Noël de son employeur est parti à pieds et a été retrouvé mort gelé, 1 km plus loin, conclut le rapport du coroner.

Tommy Bisaillon-Daigneault avait festoyé, le 16 décembre dernier, au party de Noël de son employeur, Les Planchers de Bois-francs Wickham, au Centre-du-Québec.

Selon le dg, Mario Bolduc, le travailleur est parti vers 22 h 30 à pied pour aller dormir chez un collègue qui demeurait près de la salle du Camping de la Plage des Sources de Wickham, où se déroulait le party. Il se serait égaré en chemin, alors qu'il faisait -20 degrés Celcius. Son corps a été retrouvé le lendemain après-midi, environ 1 km plus loin, au bas d'une pente abrupte qu'il aurait dégringolé, près de la rivière Saint-Germain.

«Il était vêtu seulement d'une chemise et d'un pantalon; son manteau a été retrouvé à une certaine distance dans la neige», écrit le coroner Yvon Garneau, dans son rapport.

Jugement altéré

Ce dernier statue que la victime est décédée des suites d'hypothermie et de polyintoxication à l'alcool, la cocaïne et la méthamphétamine.

«Les effets cumulés de ces substances ont contribué au décès en altérant le jugement de la victime qui ne s'est pas protégée adéquatement du froid» poursuit le coroner.

À la suite de cette tragique découverte, la conjointe de M. Bisaillon-Daigneault, Lisa Thiboutot, se sentait mal parce qu'elle était partie plus tôt de cette soirée, sans lui.

Mme Thiboutot, qui travaille également à cette entreprise, ignorait que son ex-conjoint avait consommé ces drogues.

«C'était son choix. Il a un peu couru après son malheur (...) Personne n'était au courant qu'il était parti seul», s'est-elle raisonnée.

L'employeur paye même deux raccompagnateurs de Prudence qui restent sur place durant les partys de Noël pour s'assurer que le retour se passe bien.

«C'est un malheureux accident. Tommy était un employé très apprécié», ajoute M. Bolduc.

Bout de clôture manquant

La mère de la victime, Julie Bisaillon, croit que ce décès aurait peut-être été évité si une clôture plus longue avait longé la rivière St-Germain, près de laquelle son fils a été trouvé.

«C'est un ravin. Il y a un camping à côté. Pourquoi n'y-a-t-il pas de barrière ? Je ne comprends pas», lance-t-elle.

Celle-ci protégerait les nombreux enfants qui jouent à proximité, l'été.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos