TVA Nouvelles 
Agence QMI

Trafic de cocaïne en Australie: Mélina Roberge plaide coupable

Trafic de cocaïne en Australie: Mélina Roberge plaide coupable

Mélina Roberge (à gauche) et Isabelle Lagacé Photo tirée d'instagram

TVA Nouvelles 

Mélina Roberge, l'une des deux Québécoises arrêtées en Australie pour trafic de cocaïne, a plaidé coupable vendredi matin (heure locale) à Sydney, a rapporté TVA Nouvelles.

La femme, qui avait 24 ans au moment de son arrestation, faisait notamment face à des accusations de tentative d'importation d'une quantité commerciale de cocaïne en Australie.

Les deux autres coaccusés dans cette affaire étaient Isabelle Lagacé, 30 ans lors de son arrestation, et André Jorge Tamine, 64 ans.

Lagacé avait déjà plaidé coupable, alors que Tamine a fait de même plus tôt cette semaine.

Les trois accusés dans cette affaire avaient été arrêtés en août 2016 à bord du bateau de croisière «Sea Princess» dans le port de Sydney. Ils venaient de compléter une luxueuse croisière de deux mois à travers le monde. Les deux femmes avaient partagé plusieurs photos d'elles dans des paysages paradisiaques, documentant ainsi leur périple.

Des chiens pisteurs avaient découvert environ 35 kg de cocaïne à l'intérieur d'une valise, dans la cabine que partageaient les deux femmes, ainsi que 60 kg de cette même drogue dans les bagages d'André Jorge Tamine.

Mélina Roberge avait d'abord plaidé l'ignorance, affirmant ne rien savoir de la valise retrouvée dans la cabine qu'elle partageait avec Lagacé ni de son contenu. André Jorge Tamine clamait lui aussi son innocence.

Les autorités australiennes ont indiqué à l'époque qu'il s'agissait de la plus importante saisie de drogue introduite en Australie par des passagers d'un bateau ou d'un avion.

Enquête de l'émission «J.E.»

Une récente enquête de l'émission «J.E.» avait révélé que cette opération d'exportation de cocaïne vers l'Australie impliquant Mélina Roberge, Isabelle Lagacé et André Jorge Tamine comportait de nombreuses pistes.

En s'attardant aux profils financiers du trio, les journalistes de «J.E.» ont notamment découvert que plusieurs entreprises auraient vraisemblablement été utilisées comme sociétés-écrans.

De plus, dès 2011, une organisation semble s'être servie de Lagacé pour envoyer des fonds aux quatre coins du globe.

Les trois Québécois n'auraient été que de simples mules dans ce complot allégué, minutieusement planifié par un gang égypto-syrien et la pègre juive de Montréal, en collaboration avec le tristement célèbre cartel mexicain de Sinaloa.

De son côté, André Jorge Tamine sera de retour devant le tribunal le 26 octobre prochain pour les recommandations sur sa peine. Il est passible de l'emprisonnement à vie.

Quant à Isabelle Lagacé, elle a été condamnée en novembre dernier à sept ans et demi de prison après avoir plaidé coupable à la même accusation que Tamine.

Reste à savoir maintenant si la justice australienne tentera de s'attaquer au puissant gang de narcotrafiquants d'envergure internationale qui a permis à une telle opération de voir le jour.

Avec l'Agence QMI



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos