Nicolas Saillant
Agence QMI

Université Laval: le recteur commente les allégations d'agressions sexuelles

Nicolas Saillant

QUÉBEC - Le recteur de l'Université Laval donne une note de 9,5 sur 10 quant à la gestion de crise de son établissement par rapport à la présumée vague d'agressions sexuelles dont les échos ont émergé ce week-end dans une résidence.

Plus de 72 heures après le dépôt des premières plaintes, le recteur Denis Brière, a dû faire face à un barrage de questions pour expliquer son silence. M. Brière a simplement affirmé qu'il ne voulait pas interférer dans l'enquête policière.

Le recteur a néanmoins semblé ébranlé lors du point de presse, affirmant notamment que son équipe de gestion de crise mise en place depuis la fin de semaine avait fait un «excellent» travail et qu'il lui donnait même une note «de 9,5 sur 10».

M. Brière était accompagné de la ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David, qui a rencontré la cellule de crise et des étudiants sur l'heure du midi. La ministre a dit travailler sur une politique-cadre sur la prévention du harcèlement et de la violence sexuelle s'est dite prête à donner plus d'argent aux universités pour la sécurité si nécessaire.

«C'est sûr qu'on sera au rendez-vous», a-t-elle mentionné.

Quant à la sécurité dans les résidences, le recteur a soutenu que l'université a renforcé la sécurité et n'exclut pas d'ajouter d'autres éléments sécuritaires, mais il rappelle que le risque zéro n'existe pas.

Le point de presse de M. Brière a été accueilli avec scepticisme sur les réseaux sociaux. En marge d'un point de presse, le maire Régis Labeaume a d'ailleurs déclaré que la sortie du recteur arrivait un peu tard.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos