Agence QMI

Enregistreurs de vol: le BST souhaite de nouvelles exigences

Enregistreurs de vol: le BST souhaite de nouvelles exigences

Le BST répète cette demande depuis 1991. Photo Fotolia

GATINEAU - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a réitéré lundi soir sa demande d'élargissement des exigences réglementaires afin de doter tous les aéronefs d'un enregistreur de données de vol et des conversations de poste de pilotage.

Cette demande surgit alors que le BST poursuit son enquête terrain à la suite de l'accident de jeudi dernier, dans lequel l'ancien ministre fédéral et ancien premier ministre de l'Alberta Jim Prentice et trois autres personnes ont perdu la vie. Les enquêteurs voient leur tâche compliquée par l'absence d'enregistreur de vol dans l'appareil Cessna Citation.

Ce type d'aéronef n'a pas l'obligation réglementaire d'être muni de tels enregistreurs puisqu'au Canada, seuls les appareils multimoteurs commerciaux à turbomoteurs exploités par deux pilotes et qui transportent six passagers ou plus sont tenus d'en être munis. Or le petit avion qui s'est écrasé en Colombie-Britannique était un aéronef privé.

Le BST répète cette demande depuis 1991. Il s'agissait d'une des recommandations à la suite d'une autre enquête pour un accident impliquant un aéronef.

«L'accident qui vient de se produire nous rappelle une fois de plus l'importance de tels enregistreurs. Si nous voulons être en mesure de trouver la cause sous-jacente de ces accidents tragiques, Transports Canada et le secteur de l'aviation doivent prendre immédiatement des mesures pour enfin régler cet enjeu de sécurité», a déclaré dans un communiqué Kathy Fox, présidente du BST.

La question du coût

L'argument du coût n'en serait pas un, selon le BST, qui souligne que depuis 1991, «le secteur de l'aviation a élaboré plusieurs systèmes d'enregistrement de bord légers qui pourraient être installés à faible coût à bord des aéronefs plus petits. Ces systèmes d'enregistrement de bord pourraient permettre aux enquêteurs sur les accidents de cerner les lacunes de sécurité et de réduire les risques en temps opportun.»

Jeudi dernier, l'appareil dans lequel se trouvait Jim Prentice est entré en collision avec le relief à environ 11 km au nord de l'aéroport de Kelowna, à peine huit minutes après son décollage. Le choc a été brutal et il ne restait au sol que des amas de débris et de ferraille.

Le BST avait d'ailleurs rapidement mentionné que «l'examen initial laisse croire que l'aéronef a été détruit par d'importantes forces de décélération à la suite d'une descente verticale».

Aucun appel d'urgence ni signal d'urgence n'a été transmis avant l'accident et aucun signal de la radiobalise de repérage d'urgence n'a été transmis.

Les victimes Jim Prentice et des amis de ce dernier, l'optométriste Ken Gellatly (le beau-père de Cassia Prentice, la fille de Jim Prentice) et l'homme d'affaires Sheldon Reid, ainsi que le pilote Jim Kruk, un retraité de la GRC pilotait des avions depuis 1976, revenaient d'un voyage de golf.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos