Agence QMI

Les enseignants de la FAE disent oui à l'entente de principe

QUÉBEC - L'entente de principe intervenue entre Québec et la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) a été acceptée par les syndiqués, après 18 mois de négociations, a annoncé mercredi la FAE.

Sans «régler tous les problèmes», le syndicat estime avoir réussi à négocier une meilleure convention collective, mais il souligne tout de même qu'enseigner «dans les conditions actuelles demeurera très exigeant».

Le président de la FAE affirme avoir réussi à faire des «avancées significatives» au cours de ces négociations.

Une réduction du nombre d'élèves dans les classes de maternelle permettra notamment, selon le syndicat, «d'avoir un impact positif sur la réussite scolaire des élèves», particulièrement dans les milieux défavorisés.

Les enseignants ont aussi obtenu l'ajout de 250 postes réguliers pour l'éducation des adultes et la formation professionnelle. Le nombre de postes avait aussi été haussé lors du renouvellement de la convention précédente, en 2009, où 255 postes avaient été ajoutés.

«La participation des enseignantes et enseignants fut exceptionnelle, non seulement aux rassemblements nationaux, mais aussi aux moyens d'action déployés dans les milieux au quotidien. Sans eux, ces gains n'auraient pas été possibles», a commenté M. Mallette dans un communiqué, rappelant aussi l'apport de parents.

Des chaînes humaines ont été déployées ces derniers mois autour de plusieurs écoles publiques en appui aux revendications des enseignants.

La FAE, qui représente plus de 34 000 enseignants, concède toutefois que le gouvernement Couillard a imposé les règles en ce qui concerne les salaires et qu'elle déposera une plainte en vertu de la Loi sur l'équité salariale pour obtenir davantage.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos