Agence QMI

L'ex-maire de Toronto Rob Ford est décédé

Rob Ford, le plus célèbre maire de Toronto, s'éteint

Voir en plein écran

Dernière mise à jour: 22-03-2016 | 14h26

TORONTO - Atteint d'un cancer, le conseiller municipal et ancien maire de Toronto Rob Ford est décédé, a annoncé sa famille, mardi.

«C'est le cœur gros et avec une profonde tristesse que la famille Ford annonce le décès de son enfant chéri, frère, mari et père, le conseiller Rob Ford à l'âge de 46 ans», a affirmé sa famille dans une déclaration écrite.

La famille a précisé qu'elle n'émettra aucun autre commentaire à ce sujet.

Son entourage avait mentionné lundi qu'il avait été admis aux soins palliatifs à l'hôpital Mount Sinaï de Toronto.

Après une première lutte contre le cancer en 2014-2015, Rob Ford avait été à nouveau admis à l'hôpital au début du mois de mars en raison de tumeurs à la vessie.

Atteint par une tumeur abdominale, il avait renoncé à obtenir un deuxième mandat comme maire quelques heures avant la limite fixée pour le dépôt des candidatures pour le scrutin de 2014. Il s'était alors contenté de se faire élire comme conseiller municipal dans Etobicoke Nord, le cœur de la fameuse Ford Nation. Son frère

Doug, et inébranlable défenseur, avait pris son relais en se présentant à la mairie, sans succès.

Après avoir mené «la bataille de sa vie», ponctuée de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, il avait subi avec succès en mai 2015 une intervention chirurgicale pour lui retirer une tumeur maligne à l'abdomen.

Sa convalescence s'était bien déroulée et il était même retourné au travail l'été dernier, jusqu'à ce qu'on annonce en octobre 2015 l'apparition d'une nouvelle tumeur, cette fois à la vessie, ouvrant la porte à de nouveaux traitements de chimiothérapie.

Les réactions abondent

Les témoignages affluaient mardi après l'annonce du décès du personnage bouillant et coloré qu'était l'ancien maire de Toronto Rob Ford.

Le premier ministre Justin Trudeau, à quelques heures de présenter le premier budget de son gouvernement, a trouvé quelques moments pour formuler ses sympathies pour un «homme qui est décédé beaucoup trop jeune», à l'âge de 46 ans.

De son côté, le maire de Toronto, John Tory, a dit se souvenir du passage de son prédécesseur à la tête de la Ville Reine, parlant de moments empreints de «générosité» et «de véritables efforts pour effectuer ce qu'il croyait être le mieux pour Toronto».

Le maire Tory a précisé qu'il avait rencontré Rob Ford récemment, alors que sa santé était considérablement mal en point, le décrivant comme «un homme profondément humain». Une table a été aménagée dans le hall de l'hôtel de ville de Toronto pour recueillir les signatures des citoyens.

Proches du Parti conservateur du Canada (PCC), Rob et son frère Doug Ford s'étaient impliqués lors de la dernière campagne électorale fédérale. Rob Ford avait notamment participé à un rallye de Stephen Harper particulièrement couru à Toronto.

Dans une rare apparition sur les réseaux sociaux depuis le scrutin de l'automne, M. Harper a souligné que «Rob a été un battant toute sa vie et un fonctionnaire dévoué. Nous n'oublierons pas son courage, son amour pour Toronto et sa famille», a dit celui qui est redevenu simple député.

La chef intérimaire du PCC, Rona Ambrose, n'a pas manqué de reconnaître, sans toutefois les nommer, les ennuis et démêlés qui ont teinté la vie publique de Rob Ford.

«Malgré les défis qu'il a relevés et les controverses auxquelles il a été confronté, j'espère sincèrement que les Canadiens se souviendront de Rob Ford pour son amour durable pour sa communauté et son pays, et pour son dévouement envers ses électeurs», a dit Mme Ambrose.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a émis un bref message sur son compte Twitter, partageant «sa tristesse» et offrant «ses pensées et ses prières aux amis, à la famille et aux collègues de Rob Ford».

Sur le site internet Getwellrobford, lancé il y a quelques jours en soutien à l'ancien maire torontois, plus de 7500 messages d'internautes s'accumulaient mardi en fin de matinée. Des citoyens y déposent désormais des messages de sympathie et quelques bons mots pour un politicien qui a souvent marqué l'actualité par ses frasques et ses déclarations sanguines.

Rob Ford en quelques dates :

-Né le 28 mai 1969 à Etobicoke, en banlieue de Toronto

-Élu maire de Toronto en octobre 2010

-Destitution en novembre 2012 pour conflit d'intérêts. La décision sera renversée par la Cour d'appel en janvier 2013

-Le Toronto Star révèle en mai 2013 avoir visionné une vidéo le montrant en train de fumer du crack

-La police confirme en novembre 2013 avoir récupéré la vidéo compromettante

-Le conseil municipal retire à Rob Ford une grande partie de ses pouvoirs en novembre 2013

-La découverte d'une tumeur en 2014 l'oblige à se retirer de la campagne électorale lors des élections municipales.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos