Guillaume St-Pierre
Agence QMI

Morts de détenus: une enquête indépendante réclamée

Morts de détenus: une enquête indépendante réclamée

La coordonnatrice nationale de la CSILC, Monia Mazigh. Photo Archives / Agence QMI

Guillaume St-Pierre

OTTAWA - Le décès, en moins d'une semaine, de deux hommes détenus par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) inquiète des groupes de défenses des libertés civiles, qui demandent la tenue d'une enquête indépendante.

Le 7 mars, Melkior Gahungu, âgé de 64 ans et originaire du Burundi, est mort alors qu'il était en détention à Toronto. Il aurait choisi de se suicider par pendaison plutôt que de retourner dans son pays d'origine, selon la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles (CSILC).

Quelques jours plus tard, le 13 mars, l'ASFC a confirmé la mort d'un autre homme. Il s'agirait de Francisco Javier Romero Astorga, un ressortissant chilien, selon la CSILC, un organisme basé à Ottawa.

«Ces morts soudaines et successives sous la garde de l'ASFC sont troublantes», a affirmé la coordonnatrice nationale de la CSILC, Monia Mazigh.

Depuis 2000, 14 décès «suspects» de détenus issus de l'immigration ont été officiellement répertoriés au Canada. Plusieurs se sont suicidés.

«Il est temps que le gouvernement canadien ordonne une enquête indépendante sur tous ces décès, a insisté Mme Mazigh. Combien de morts sont nécessaires pour que le gouvernement agisse pour mettre fin à ces tragédies?»

Soupçons

Un résident permanent ou un étranger peut être arrêté s'il est soupçonné d'être interdit sur le territoire du Canada, en vertu de Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

L'ASFC peut aussi lancer un mandat d'arrestation si elle croit que l'individu constitue un danger pour la sécurité publique.

Depuis plusieurs années, des groupes de défense des libertés civiles demandent au gouvernement fédéral d'encadrer les pouvoirs de détention de l'ASFC et de créer un organe de surveillance.

Mardi soir, l'organisme End Immigration Detention Network tiendra une veillée aux chandelles «d'urgence» devant les bureaux de l'ASFC de Toronto pour exiger des actions immédiates du gouvernement Trudeau en ce sens. 

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos