Dominique La Haye
Agence QMI

Ambrose critique Denis Coderre sur Énergie Est

Dominique La Haye

Dernière mise à jour: 25-01-2016 | 17h49

OTTAWA - La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, accuse Denis Coderre de menacer l'unité nationale du pays et d'avoir insulté l'Alberta en s'opposant au projet de pipeline Énergie Est.

Le maire de Montréal a provoqué de vives réactions dans l'Ouest du pays en faisant une sortie publique, la semaine dernière, contre ce projet de la société albertaine TransCanada qui cherche à exporter son pétrole en le transportant vers l'Est du pays.

Mme Ambrose reproche à M. Coderre de faire de la «politique locale» en ne tenant pas compte de la situation économique difficile que traversent l'Alberta et la Saskatchewan. Elle l'invite à se rendre dans ces provinces pour constater l'état de la situation et se faire une idée en se basant sur «la science et les faits».

«Pour M. Coderre, de faire cette sortie et d'insulter les Albertains et de s'opposer à un pipeline qui n'a pas encore été construit, c'est malheureux. Cela n'est pas dans l'esprit de la confédération, ce n'est pas dans l'esprit de l'unité nationale, ce n'est pas dans l'esprit des Canadiens qui ont toujours été là pour aider les autres en des temps difficiles», a affirmé la chef conservatrice, à l'occasion de la reprise des travaux parlementaires à Ottawa, lundi.

Le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, a abondé dans le même sens, vantant les emplois et les retombées économiques que ce projet présente pour le Québec.

«Il est clair que c'est un projet qui est important pour l'économie canadienne et qu'il faut prendre toutes les mesures nécessaires pour bien l'expliquer et bien le faire comprendre. Si on regarde juste uniquement au Québec pour la construction, on parle de plus de 3000 emplois qui sont directement créés en plus de presque 1 milliard $ d'investissements dans une économie qui est fragile. Ce type d'impact-là peut être très positif», a-t-il fait valoir.

M. Deltell a aussi sommé le premier ministre Justin Trudeau d'«agir comme chef national» dans ce dossier et de «rappeler à l'ordre son bon ami Denis Coderre pour les propos malheureux qu'il a pu tenir».

Couillard déplore les propos de Wall

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard a déploré les propos tenus par son homologue de la Saskatchewan, Brad Wall, devant l'opposition des maires de Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) au projet d'oléoduc Énergie Est.

«On fait naître de l'animosité inutilement entre des régions», a commenté le premier ministre du Québec, en marge d'une mission en Italie.

Selon Philippe Couillard, l'argument de la péréquation dans ce débat est «totalement inapproprié» dans ce cas-ci.

«Moi, je l'ai reconnu publiquement. Le Québec reconnaît que la richesse créée dans l'Ouest pendant des années a été incluse dans les transferts que le Québec reçoit. Mais il n'est aucunement question d'en faire un facteur de décision.»

Aucune obligation

Pour le premier ministre du Québec, ce n'est pas parce qu'ailleurs au Canada, les projets de pipeline comme Keystone XL ont été rejetés «que le Québec est obligé de dire "oui"».

Par ailleurs, M. Couillard trouve la position prise par les maires de la CMM tout à fait «légitime».

«Il y a quand même quelque chose que je voudrais dire au reste du Canada : un projet de pipeline qui traverse des communautés densément peuplées et des cours d'eau, partout ailleurs au Canada, ça créerait un débat, une polémique et une discussion serrée», a souligné M. Couillard.

Selon lui, avant de blâmer ceux qui, au Québec, s'inquiètent des conséquences que pourrait avoir le projet de pipeline, ceux qui souhaitent que le projet aille de l'avant devraient commencer par regarder du côté du promoteur.

«Si j'ai un reproche à faire à TransCanada, c'est qu'ils n'ont pas parlé au monde, a dit M. Couillard. Il faut qu'ils parlent au monde, pas juste par des communiqués puis un site web.»

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos