Josée Cloutier
Agence QMI

Des Sherbrookois en Jordanie pour aider les réfugiés irakiens

Des Sherbrookois en Jordanie pour aider les réfugiés irakiens

Des réfugiés syriens en Jordanie, le 11 décembre 2015. Photo Muhammad Hamed / Reuters

Josée Cloutier

SHERBROOKE - Une famille sherbrookoise se donne comme mission de trouver des parrains pour de nombreuses familles irakiennes qui ont fui le groupe armé État islamique.

Paul McLean, sa conjointe Willette Chatillon, leurs enfants et un ami, ont passé la période des Fêtes en Jordanie où ils ont rencontré plusieurs chrétiens qui ont fui l'Irak en août 2014. La famille Barbar, parrainée par l'Église Hope Community, attend une dernière autorisation gouvernementale pour venir s'installer au Canada.

Comme des centaines d'autres personnes, les parents et leurs deux jeunes enfants ont été forcés de quitter Qaraqosh, plus importante ville chrétienne d'Irak, tombée sous le contrôle du groupe armé État islamique.

«Nous avons rencontré des gens dont la voiture à côté d'eux a explosé, a raconté avec émotion Paul McLean. Ils ont vu des enfants qui jouaient dans des parcs et qui ont été atteints par des bombes. Essayez de vous imaginer, ils ont vu des corps d'enfants volés dans les airs! Ils ont vu et vécu l'horreur. Est-ce que tu veux retourner en Irak après cela ?»

Pour bien saisir la réalité et les besoins de ces gens, la famille McLean a passé deux semaines à leurs côtés. Deux fêtes ont été organisées et des cadeaux ont été donnés aux enfants. Une rare occasion de célébrer, car tous craignent encore pour leur sécurité.

«Ils vivent jusqu'à 13 personnes dans un petit appartement, a poursuivi M. McLean. Plusieurs n'ont plus beaucoup d'argent, car ils n'ont pas de travail. Les femmes et les enfants ne sortent pratiquement jamais. Ils nous demandaient: «Pouvez-vous faire quelque chose pour nous ? Est-ce que le Canada peut nous aider ?»

Pour une famille parrainée, plusieurs autres espèrent un même sort. «Nous avons réuni tous les documents nécessaires pour au moins 12 autres familles, a ajouté Paul McLean. Nous avons besoin de parrains. Une famille, un groupe communautaire ou une église, on espère trouver des parrains pour ces gens.»

La famille Barbar parrainée par l'Église Hope Community n'attend qu'une dernière autorisation pour immigrer au Canada. Si on salue l'ouverture d'Ottawa à l'égard des communautés vulnérables, on se dit qu'il est possible de faire plus.

«Je crois que le processus pour faire venir des gens ici pourrait être plus transparent. Qui est choisi et combien de temps cela va prendre ? Je crois qu'on devrait pouvoir répondre à ces questions.»

Le 31 décembre, il était temps pour les Sherbrookois de revenir chez eux. «Nous ne nous sommes pas dit au revoir. Nous nous sommes dit à bientôt!»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos