Christopher Nardi
Agence QMI

Agrile du frêne: la CMM propose un plan d'action aux municipalités

Agrile du frêne: la CMM propose un plan d'action aux municipalités

L'agrile du frêne fait des dégâts partout au Québec.Photo Eric Bolte / Agence QMI

Christopher Nardi

Dernière mise à jour: 10-10-2014 | 15h53

MONTRÉAL - Afin de combattre l'invasion de l'agrile du frêne, les municipalités se doteront bientôt du pouvoir d'inspecter les arbres sur les propriétés privées et ils pourront éventuellement obliger les propriétaires à abattre les frênes infectés par cet insecte «ravageur».

«L'agrile du frêne ne fait pas de distinction entre les arbres situés dans le domaine public et ceux situés dans le domaine privé», a dit vendredi le maire de Montréal, Denis Coderre.

Ainsi, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), organisme qui regroupe 82 municipalités dans la région montréalaise, a rédigé un règlement type pour ses membres qui leur donnerait plus de pouvoirs sur les frênes du domaine privé.

Certaines municipalités étudiaient déjà la mise en place de règlements qui leur permettraient d'obliger un propriétaire de frêne mort en raison de l'agrile à l'abattre.

Toutefois, la Ville ne détenait toujours pas le pouvoir réglementaire pour aller inspecter un frêne privé.

Cette nouvelle mesure permettrait donc aux employés municipaux d'inspecter les frênes à l'extérieur du domaine public.

De plus, tout propriétaire d'un frêne mort ou d'un frêne atteint à 30 % devrait le faire abattre.

L'application de ce règlement type n'est pas obligatoire pour les municipalités, mais il est «fortement recommandé», a indiqué André Bouthillier, porte-parole du CMM.

Rappelons que toutes les municipalités membres de la CMM devront adopter d'ici la fin de l'année un plan d'action local afin de combattre cet insecte «ravageur».

«Pour mener une lutte efficace, il faut que les efforts réalisés sur les frênes publics soient appuyés par des efforts au moins équivalents pour les frênes privés. C'est une question de cohérence et d'efficacité», a conclu le maire Coderre.

Plus de permis d'abattage

Afin d'encourager les citoyens à se débarrasser de frênes infectés, l'arrondissement du Sud-Ouest (SO) a décidé mardi d'éliminer les frais exigés pour les permis d'abattage des frênes.

Les élus du SO se joignent donc à ceux de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, qui ont également annulé les frais pour les permis d'abattage en lien avec les frênes infestés de l'agrile.

Le conseil d'arrondissement du SO a aussi demandé de l'aide financière à Québec et à Ottawa afin de sauver les 4809 frênes sur son territoire.


Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos