Charles Lecavalier
Agence QMI

Budget Leitao: déficit zéro et hausse de taxes

Charles Lecavalier

Dernière mise à jour: 04-06-2014 | 16h41

QUÉBEC - Les Québécois paieront plus pour l'alcool et les cigarettes, mais c'est l'administration publique qui sera passée à tabac par le gouvernement Couillard pour atteindre le déficit zéro l'an prochain.

«C'est en réduisant les dépenses publiques qu'on va trouver une marge de manœuvre pour atteindre l'équilibre budgétaire», a averti le ministre des Finances, Carlos Leitao, en conférence de presse. Malgré un déficit de 2,35 milliards pour cette année, M. Leitao croit toujours à un budget à l'encre noire en 2015-2016, et ce, sans hausse des impôts.

La majoration des taxes sur l'alcool et le tabac, qui gonflera les revenus de l'État de 125 millions $ cette année, survient même si Philippe Couillard avait promis de ne pas augmenter le fardeau fiscal durant la dernière campagne électorale.

Compressions en vue

Carlos Leitao juge que le retour à l'équilibre budgétaire est «incontournable». Il mise surtout sur le contrôle des dépenses et sur le gel dans la fonction publique pour y arriver.

Québec prévoit que ses dépenses augmenteront de 1,8 % cette année et de seulement 0,7 % en 2015-2016. Un objectif fort ambitieux étant donné que la hausse moyenne était de 4,1 % entre 2003 et 2014. «C'est rigoureux, oui, mais on a un plan», a commenté M. Leitao.

Ces cibles annoncent des années de vaches maigres pour le fonctionnariat. Le gel des effectifs dans l'administration publique sera étendu aux réseaux de la santé et de l'éducation.

Québec devrait économiser 100 millions $ cette année et 500 millions $ l'an prochain grâce à cette mesure phare.

250 millions $ dans la poche des médecins

Les médecins devront mettre aussi l'épaule à la roue. Même si les négociations ne sont pas terminées, le budget Leitao prévoit que leur hausse salariale sera réduite de moitié. Québec sauve 250 millions $ cette année. La somme sera versée plus tard.

Les sociétés d'État devront aussi contribuer. Hydro-Québec, par exemple, devra fouiller dans les tiroirs pour trouver 150 millions $ de plus à livrer au trésor public.

Du côté des dépenses, M. Couillard a reculé sur sa promesse d'investir 1,5 milliard de plus par année dans les infrastructures, une pierre d'assise du plan libéral de relance économique. Il va aussi dégager 650 millions $ sur deux ans en réduisant l'aide aux entreprises.

À l'exception des taxes sur le tabac et l'alcool, le gouvernement Couillard s'est gardé de piger davantage dans les poches des citoyens. Il a d'ailleurs annulé la hausse des tarifs de garde de 7 $ à 9 $ prévue par l'ancien gouvernement péquiste. Il les indexe plutôt à la hausse du coût du programme.

Aussi sur Canoe.ca

SUR LE SITE DU JOURNAL DE QUÉBEC


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos