Nicolas Saillant
Agence QMI

Reportage français sur le Québec: bonjour les clichés

Nicolas Saillant

QUÉBEC - Même si le ministre du Tourisme, Pascal Bérubé, salue l'initiative du réseau de télévision nationale TF1 d'encourager les Français à venir profiter de l'hiver québécois, il souligne que le reportage diffusé le 27 décembre, qui circule depuis sur les réseaux sociaux, est loin de présenter la réalité.

«Les images sont magnifiques et on se réjouit de l'intérêt de TF1 à couvrir le tourisme hivernal au Québec, mais malheureusement, c'est empreint de nombreux clichés qu'il faut combattre», a-t-il déploré en entrevue à TVA Nouvelles.

Parmi ces clichés, il dénote «la neige qui recouvre le Québec huit mois par année, que ça prend des Huskies pour survivre et puis que c'est le pays des caribous» et selon lui, «c'est beaucoup plus que ça l'hiver québécois».

Le ministre s'est d'ailleurs rendu en France et en Belgique l'an dernier afin de faire la promotion d'un tourisme hivernal actuel, loin de l'idée du chalet en bois rond ou de la cabane au Canada.

«Malheureusement, j'ai souvent l'impression que certains journalistes arrivent ici avec, déjà, un imaginaire du Québec qu'ils cherchent à conforter plutôt qu'à s'émerveiller face à ce qu'est le Québec moderne présentement», a-t-il expliqué.

Dans les campagnes publicitaires du ministère, on met plutôt l'accent sur l'expérience totale d'un séjour enneigé dans la Belle Province qui comprend une gastronomie de qualité, des activités uniques au monde, des paysages à couper le souffle, mais surtout, la chaleur du peuple québécois.

«Notre offre touristique est avant-gardiste, a jouté le ministre. C'est ce qui se fait le mieux dans le monde, c'est éblouissant [...]. Quand je vois ce reportage-là, bien sûr, je vois les belles images de Québec, mais en même temps, ce n'est pas vrai que ce n'est que du froid et que seul le mois de juillet est une saison intéressante. Il y a énormément de potentiel l'hiver.»

Carte postale du Québec

Le journaliste de TF1 qui a réalisé ce reportage, Guillaume Debré, assure pourtant savoir que le Québec n'est pas qu'une contrée lointaine où ses habitants se déplacent tous les jours en traîneau à chiens.

«Le but de ce reportage n'était évidemment pas de décrire toute la réalité du Québec, c'était juste, comme le dit le ministre [Bérubé], de montrer les très belles images de l'hiver au Québec, une réalité que beaucoup de Français ne connaissent pas», a-t-il expliqué en fin de journée, samedi.

Guillaume Debré a également soutenu que son équipe a décidé de ne pas développer la «complexité des infrastructures du Québec», vu la contrainte de temps du topo.

«Ce n'était pas le but du reportage. On fait, chaque hiver, une série de cartes postales pour montrer de beaux endroits, de belles images», a-t-il dit.

Ces images de ville enneigée présentées au public français se voulaient un incitatif au voyage.
«Forcément, l'exercice de décrire le Québec en trois minutes, il va y avoir des clichés. Et si ça a heurté certaines personnes, j'en suis absolument désolé», a-t-il ajouté.

Le journaliste a toutefois raconté que ce n'était pas son premier séjour au Québec. Il y a déjà réalisé un autre reportage sur les mines d'or en Abitibi-Témiscamingue, il y a quelque temps.
«Je suis allé à Val-D'Or, il faisait -40 degrés Celsius [...] c'était en avril. Alors à Val-D'Or, on m'a dit qu'il commençait à neiger fin septembre ou début octobre et les neiges duraient jusqu'au mois d'avril parfois mai, si je me souviens bien», a-t-il dit afin d'expliquer les raisons qui l'ont poussé à affirmer que notre hiver s'étendait sur huit mois.

Le reportage diffusé le 27 décembre au journal télévisé de 13h sur TF1 a été tourné dans les derniers jours, en pleine vague de froid, dans la Capitale-Nationale.

Pour voir le reportage sur internet : bit.ly/1efw1cP



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos