L'annonce de la candidature de Coderre perturbée par des manifestants


Agence QMI et Ewan Sauvé

Dernière mise à jour: 16-05-2013 | 14h40

MONTRÉAL - Le député libéral Denis Coderre a annoncé jeudi matin sa candidature à la mairie de Montréal sous les huées de manifestants.

Il a confirmé son intention de devenir le prochain maire de Montréal à 11 h près de l'Hôtel de Ville de Montréal, où plusieurs manifestants s'étaient déplacés.

Aussi sur Canoe.ca

«Je veux redonner à Montréal son statut de métropole, a-t-il déclaré. [Il faut] redevenir le leader et le centre d'attraction des investissements, des projets novateurs dans tous les domaines, mais, surtout, pour redonner aux Montréalais leur fierté!»

«Depuis plusieurs mois, je rencontre des Montréalaises et Montréalais de tous les milieux et de tous les horizons tant sur le plan économique, culturel, social et politique afin de les consulter et de bien saisir leur perception sur l'état actuel et l'avenir de notre métropole», a dit Denis Coderre.

«Nous ne pouvons plus dépendre des autres, a-t-il ajouté. Nous devons nous redonner ce rapport de force et cessez d'être infantilisé. Montréal est la métropole et le poumon économique du Québec. Montréal doit redevenir incontournable dans la tête de nos gouvernants tant à Québec, qu'à Ottawa.»

À l'intention des employés de la Ville de Montréal, il a dit «vous faites partie de la solution pour la Ville de Montréal».

Les deux co-présidents de la campagne de Denis Coderre, à ses côtés au moment de l'annonce, sont Anie Samson, la mairesse d'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, et Pierre Bélanger, ex-ministre de la Sécurité publique sous Lucien Bouchard et conseiller pour le cabinet de relations publiques National. Le maire de l'arrondissement de Montréal-Nord, Gilles Deguire, fera aussi partie de son équipe.

Le député représentant la circonscription de Bourassa à Ottawa depuis 16 ans, devrait commencer sa campagne comme grand favori.

Un sondage CROP, cette semaine, le plaçait en effet premier avec le tiers des intentions de vote.

M. Coderre a déjà présenté une demande auprès du Directeur général des Élections pour réserver le nom de son nouveau parti: Équipe Denis Coderre pour Montréal.

Il quittera ses fonctions comme député fédéral le 2 juin.

Arrestations et blessés en marge de l'annonce

Ewan Sauves avec la collaboration d'Étienne Laberge

La manifestation qui se déroulait à quelques mètres de l'hôtel de ville, lors de l'annonce de Denis Coderre, jeudi matin, a tourné au vinaigre lorsque des policiers ont interpellé deux hommes masqués. Un homme de 85 ans a été légèrement blessé, après avoir été violemment repoussé par un agent du SPVM.

Paul Vazard, âgé de 85 ans, aurait touché l'épaule d'un policier qui interpellait un individu masqué. Ce dernier s'est alors retourné pour propulser le vieil homme au sol. Il a dû être conduit à l'hôpital.

«On ne craint pas pour sa vie», a tout simplement indiqué Anie Lemieux, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). D'autres informations devraient être disponibles cet après-midi, a-t-on ajouté au SPVM.

Peu avant 11 h, jeudi, des dizaines de manifestants attendaient de pied ferme le député libéral et aspirant maire de Montréal, Denis Coderre, devant l'hôtel de ville. À son arrivée, ce dernier a été accueilli par des huées de la foule et un tintamarre de casseroles.

Organisé par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), le rassemblement avait pour objectif d'«interpeller» le nouveau candidat aux prochaines élections municipales concernant la «pénurie de logements familiaux et aux hausses importantes de loyers».

Au moment de commencer son discours, un homme arborant des lunettes de soleil noires a attiré l'attention de Denis Coderre, qui n'a pas été en mesure de prendre la parole.

«J'ai un message pour les gens de FRAPRU, a-t-il finalement dit au micro. Coderre, ça veut dire aussi les locataires. Je m'engage pour le logement social comme j'ai toujours fait en tant que député fédéral. Je suis avec vous.»

«Au nom de la démocratie, vous devez me laisser parler aux Montréalais et aux Montréalaises», a ajouté M. Coderre, visiblement agacé. Les manifestants l'ont alors hué.

Derrière lui, plusieurs personnes masquées et cagoulées ont tenté de le déconcentrer. Des commentaires tels que «Arrête, tu vas me faire pleurer», «Non, ce n'est pas toi (le leader de Montréal)» et «On va se faire avoir!» ont été lancés au député fédéral.

«À la Chambre des communes, à Ottawa, il s'est montré très peu sensible aux problèmes de logements au Québec et à Montréal, a expliqué Marie-Josée Corriveau, organisatrice et porte-parole du FRAPRU. On voulait être sûrs qu'il nous entende dès le début de sa campagne parce qu'on veut des engagements.»

Selon Mme Corriveau, Denis Coderre se serait engagé à la rencontrer prochainement pour discuter du logement social dans la métropole. La porte-parole du FRAPRU ne compte pas crier victoire trop tôt.

«Denis Coderre a beaucoup de talent de communication, vous savez, a-t-elle dit. Il faut que cette rencontre vienne vite, mais de toutes les façons, on va le suivre à la trace.»

Avec la collaboration d'Étienne Laberge.


Vidéos

Photos