Confusion au sujet de la relation de Boisvenu et son adjointe

Dernière mise à jour: 06-03-2013 | 15h57

OTTAWA - Les informations portant sur la relation amoureuse qu'entretient Pierre-Hugues Boisvenu avec son adjointe parlementaire, Isabelle Lapointe, sont confuses.

Alors que les sénateurs Jean-Guy Dagenais et Jacques Demers ont affirmé à TVA Nouvelles que la femme avait été changée d'affectation et serait à l'emploi d'un autre sénateur, le sénateur Claude Carignan a précisé que c'était plutôt la relation de couple qui avait pris fin.

Ainsi, Mme Lapointe serait toujours à l'emploi du sénateur Boisvenu, pour le moment. Plusieurs sources confirment par contre qu'elle sera mutée très prochainement vers un autre bureau.

La relation du sénateur Boisvenu avec son assistante contrevenait aux règles parlementaires en vigueur. Il est en effet interdit pour tout sénateur de recruter dans son équipe un membre de sa famille, ou son conjoint(e).

Émotif, Pierre-Hugues Boisvenu s'est expliqué à ce sujet, mercredi matin, devant le caucus conservateur du Québec. «On sentait que c'était difficile "en dedans" puis après nous avoir parlé, il a senti qu'on le supportait et jusqu'à nouvel ordre, c'est ce qu'on va faire», a déclaré le sénateur Jacques Demers.

Les conservateurs auraient été mis au courant depuis plusieurs mois de ladite relation, mais n'auraient rien fait.
Selon Claude Carignan, leader adjoint du gouvernement au Sénat, l'affaire est classée. Selon lui, Mme Lapointe n'était pas en relation avec le sénateur Boisvenu lorsqu'elle a été embauchée.

L'ex-épouse aurait averti le gouvernement

C'est l'ex-épouse du sénateur Boisvenu, Diane Carlos, qui aurait fait parvenir une note à la whip du gouvernement au Sénat, Elizabeth Marshall, l'informant que Mme Lapointe n'était pas juste son employée, mais qu'elle était également sa conjointe.

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Bob Rae, a réclamé une enquête indépendante du Sénat. «Elle pourrait analyser les faits et nous donner de vraies réponses», a-t-il indiqué.

«S'il s'avère que le sénateur Boisvenu a réellement contrevenu aux règles du Sénat, il faudra sévir, même s'il se croit au-dessus des lois», a déclaré le chef du Bloc québécois (BQ), Daniel Paillé.

La whip Elizabeth Marshall aurait confronté le sénateur à l'époque, mais il aurait nié cette relation amoureuse. Selon le ministre d'État (Petite Entreprise et Tourisme) Maxime Bernier, les sénateurs doivent aussi se soumettre aux règles parlementaires en vigueur.

Le sénateur Boisvenu s'est refusé à tout commentaire, prétextant qu'il s'agissait de sa vie privée.


Vidéos

Photos