La ministre Finley prise en flagrant délit

Les enquêteurs de Service Canada ont bel et bien reçu des quotas individuels pour réduire les prestations d'assurance-emploi, contrairement à ce qu'avait affirmé la ministre Diane Finley il y a quelques semaines.

Selon un document obtenu par Le Devoir, les fonctionnaires affectés aux enquêtes, qui doivent trouver des fraudes potentielles et quelles sont les prestations à ne pas verser, devront en moyenne réaliser des économies de 485 000 $ par année.

Il y a trois semaines, le quotidien montréalais avait révélé que les enquêteurs devraient récupérer environ 40 000 $ par mois des prestataires de l'assurance-emploi visés par une enquête.

La source du journal avait alors indiqué que ces coupes signifiaient que les fonctionnaires allaient devoir «pénaliser bien des prestataires d'assurance-emploi et en disqualifier beaucoup pour atteindre cet objectif».

La ministre fédérale des Ressources humaines avait alors nié l'existence de ces quotas individuels, précisant par la suite qu'il s'agissait plutôt «d'objectifs globaux par région».

Le formulaire obtenu par Le Devoir, intitulé Entente sur le rendement et l'apprentissage est pourtant clair. Dans la section consacrée à l'évaluation de la «charge de travail quantitative», on peut lire que «les indicateurs du rendement attendu de l'employé sont les suivants : réaliser une moyenne de 485 000 $ en économies annuelles».


Vidéos

Photos