Trudeau doit mettre cartes sur table


Huguette Young

OTTAWA - Les gants sont tombés. Le candidat à la direction du Parti libéral du Canada, Marc Garneau, s'est lancé, à la veille du troisième débat, dans une attaque en règle contre le meneur de la course, Justin Trudeau, qu'il invite à préciser ses positions, et ce, avant le 14 avril.

C'est à cette date que les libéraux fédéraux se choisiront un nouveau chef. Et pour éviter un couronnement comme cela s'est fait dans le cas du dernier chef permanent, Michael Ignatieff, M. Trudeau doit exposer sa vision du pays et non plus s'en tenir à «des généralités», a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse à Ottawa.

Certes, Justin Trudeau attire des gens et des fonds au parti, a reconnu le député montréalais de Westmount-Ville-Marie, mais il doit mettre de la chair autour de l'os et définir ses politiques notamment concernant la classe moyenne et la jeunesse.

Et si M. Trudeau attend jusqu'à la fin de la course pour le faire, ce serait comme si on demandait «aux Canadiens d'acheter une voiture sans d'abord en faire l'essai».

En l'absence de positions claires, ce sont les conservateurs qui se chargeront de définir le prochain chef du Parti libéral comme ils l'ont fait pour Michael Ignatieff et Stéphane Dion.

«On ne peut pas se permettre de faire cette même erreur la prochaine fois», a soumis M. Garneau.

Il a rappelé qu'il avait mis ses cartes sur table et clairement énoncé sa vision d'un Canada axé sur l'économie du savoir.

«Tous les candidats doivent en faire de même», a ajouté M. Garneau.

M. Trudeau n'a pas répondu aux questions des journalistes.

Les attaques de M. Garneau viennent brasser la cage. Jusqu'ici, la course libérale s'est plutôt montrée morne.


Vidéos

Photos