Gel des embauches: les syndicats mécontents

Annonce gouvernementale - Gel des embauches: les syndicats mécontents

La première ministre Pauline Marois.Photo Stevens Leblanc / Agence QMI


Louis Gagné

QUÉBEC - Les principaux syndicats représentant les employés de l'État fustigent le gouvernement Marois qui a décrété un gel des embauches dans les ministères et les organismes de la fonction publique.

«J'ai le souffle coupé, je suis étonné et extrêmement déçu», a affirmé lundi le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron.

«Le gouvernement nous donnait tous les signes qu'il avait compris, puis là bang, une décision aussi stupide qu'aberrante est prise en catimini, dans notre dos, puis on apprend ça grâce à une fuite d'un courriel d'une gestionnaire. Je n'en reviens pas», s'est indigné Richard Perron.

M. Perron réagissait à la divulgation d'une note interne du Conseil du trésor, dont l'Agence QMI a obtenu copie, annonçant un gel des embauches dans la fonction publique à compter du 15 janvier, et ce, jusqu'au 31 mars.

Le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, a mentionné lundi que son gouvernement n'avait pas le choix de décréter un gel des embauches, en raison du «trou budgétaire de 1,1 milliard $» laissé par les libéraux.

Le ministre responsable de l'Administration gouvernementale a indiqué sur les ondes de la radio montréalaise 98,5 que le gel allait prendre fin le 1er avril. «Il faut agir maintenant, le 15 mars, il sera trop tard», a-t-il affirmé lundi.

Double discours au PQ

Le président du SPGQ déplore la perte d'expertise supplémentaire qui va résulter, selon lui, du gel des embauches, ainsi que les risques qui s'y rapportent. «Même l'ingénieur corrompu Luc Leclerc a avoué devant la commission Charbonneau que la réduction d'effectifs rendait la collusion et la corruption possibles. Ça va complètement à l'encontre des principes que ce gouvernement-là dit défendre», s'est-il exclamé.

De son côté, le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) dénonce ce qu'il perçoit comme un double discours de la part du gouvernement.

«Le président du Conseil du trésor (Stéphane Bédard) parle des deux côtés de la bouche, a lancé la porte-parole du SFPQ, Lucie Martineau. La même journée où il annonce qu'il faudrait revoir la politique de non-renouvellement des effectifs, il décrète un gel des effectifs», a-t-elle déploré.

À l'instar de Richard Perron, Lucie Martineau croît que le gel des embauches renforcera la perte d'expertise au sein des différents ministères.

De son côté, le député de Québec solidaire Amir Khadir a dit regretter que le Parti québécois, qui avait promis de rompre avec le précédent gouvernement, «nous serve exactement le même plat libéral.»

«Finalement qu'est-ce qu'on a obtenu en changeant de gouvernement? On a obtenu les mêmes politiques et les mêmes orientations, avec une couleur différente», a ajouté le député de Mercier.


Vidéos

Photos