Rob Ford reste maire

Toronto - Rob Ford reste maire

Rob FordPhoto: Agence QMI / Archives

Dernière mise à jour: 25-01-2013 | 13h10

TORONTO - Le maire de Toronto, Rob Ford, gardera son poste. Les trois juges de la Cour divisionnaire ont renversé vendredi le jugement rendu en première instance, en novembre dernier.

Cette décision survient deux semaines après l'appel du maire.

Grâce ce jugement, M. Ford n'a plus à se soucier de perdre son poste, qu'il occupera jusqu'aux prochaines élections municipales en 2014. Cela met également fin à des semaines de spéculations quant à son remplacement en cas de destitution.

À la sortie du bureau de son avocat, le maire Ford s'est contenté de remercier ceux qui le félicitaient et a qualifié la situation de «fantastique». «Je ne pourrai jamais assez remercier les citoyens de cette ville formidable pour leur support», a-t-il précisé, reconnaissant toutefois que toute cette affaire avait été «difficile pour mes enfants».

Il a rappelé qu'une de ses promesses était d'arrêter le gaspillage à l'Hôtel de Ville de Toronto et «qu'il y a encore pas mal de gaspillage ici». «Je prévois passer les six prochaines années à mener à bien cette tâche», a-t-il dit.

Son frère, le conseiller Doug Ford, l'accompagnait et a affirmé qu'il s'agissait d'une «grande journée pour la démocratie».

En contrepartie, l'avocat du plaignant, Clayton Ruby, a annoncé qu'il allait amener la cause en Cour suprême du Canada. Me Ruby estime que la Cour a donné raison à Rob Ford sur des «technicalités» et qu'il y a des erreurs de loi dans le jugement.

«Ce sera à lui de voir, moi, j'ai une ville à gérer», a déclaré le maire Ford au sujet des déclarations de Me Ruby.

Conflit d'intérêts

Le maire était accusé d'avoir participé à un vote du conseil municipal de Toronto en février 2012, vote qui a annulé une décision du commissaire à l'éthique l'obligeant à rembourser 3150 $, un montant qu'il avait amassé pour sa fondation associée au football. M. Ford est l'entraîneur d'une équipe de football d'une école secondaire de Toronto.Il avait donc été reconnu coupable de conflit d'intérêts, le 26 novembre, en Cour supérieure de l'Ontario.

Il avait été automatiquement destitué, mais le juge lui avait accordé 14 jours après le verdict avant que la décision ne s'applique. M. Ford a obtenu une suspension temporaire de sa destitution, le 5 décembre, puis a interjeté appel.

Lors de l'audience de l'appel, le 7 janvier dernier, l'avocat du maire Ford, Alan Lenczner, avait indiqué que son client avait commis une erreur de jugement lorsqu'il a enfreint la loi.

La partie plaignante avait répliqué en disant que la loi sur les conflits d'intérêts existe pour que les citoyens puissent tenir les élus responsables de leurs actes lorsqu'ils se comportent de façon contraire à l'éthique.



Vidéos

Photos