La GRC est en sol algérien pour vérifier la piste terroriste

Prise

Le ministre de l’Immigration, Jason Kenney. Photo Dinuka Liyanawatte / Reuters


Daniel Proussalidis

OTTAWA - Des agents de la GRC sont en Algérie pour tenter de déterminer si un des terroristes islamistes impliqués dans la récente prise d'otages est bel et bien un citoyen canadien, tel que l'allègue Alger, selon ce qu'a appris l'Agence QMI.

Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, a indiqué qu'il n'a toujours rien entendu du gouvernement algérien qui prouverait leurs affirmations.

Aussi sur Canoe.ca

«Nous n'avons obtenu aucune preuve concrète qui confirme l'implication d'un Canadien dans la prise d'otages en Algérie», a dit jeudi le ministre Kenney, à Toronto.

Jason Kenney a dit croire que les réformes qui seront mises en œuvre en matière d'immigration au Canada réduiront les risques que des terroristes posent les pieds au pays.

«Notre nouvelle exigence pour un visa biométrique, qui entrera en vigueur à l'automne, et notre stratégie de partage de l'information en matière d'immigration avec les États-Unis, qui commence cet été, sont deux mesures qui amélioreront le contrôle de la sécurité pour nous assurer que les gens soupçonnés d'entretenir des liens avec des organisations terroristes ne puissent entrer au Canada», a raconté M. Kenney, tout en concédant que cela ne change rien pour les terroristes qui sont nés au pays.


Vidéos

Photos