Jean Charest se joint à McCarthy Tétrault

Droit - Jean Charest se joint à McCarthy Tétrault

Jean Charest à la sortie du club privé conservateur de Toronto, The Albany Club.Photo Charles-Antoine Rouyer/ Agence QMI

Dernière mise à jour: 10-01-2013 | 11h10

QUÉBEC - Comme plusieurs premiers ministres avant lui, Jean Charest a décidé de se joindre à un grand cabinet d'avocats après son retrait de la vie politique.

Jean Charest a choisi la firme McCarthy Tétrault pour reprendre la pratique du droit. L'ancien premier ministre quittera donc le bureau qu'il occupait dans les locaux de l'opposition officielle à Montréal.

Depuis sa démission, M. Charest s'était temporairement installé au cabinet de Jean-Marc Fournier, entre autres pour gérer le transfert de ses archives.

Il ira d'ailleurs rejoindre un de ces anciens premiers ministres, Daniel Johnson, qui œuvre comme avocat-conseil chez McCarthy Tétrault depuis plusieurs années. Il retrouvera également l'ancien président du Parti libéral du Québec, Marc-André Blanchard, actuel grand patron du cabinet.

«C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me joins à l'équipe de McCarthy Tétrault qui a été le premier cabinet national et dont le passé est intimement lié au développement du Québec et du Canada, a déclaré M. Charest, dans un communiqué. Mon association avec un cabinet d'avocats d'aussi grande réputation est l'occasion pour moi de contribuer au développement des entreprises et à l'essor économique du Québec et du Canada.»

Basé à Montréal, M. Charest travaillera avec les clients et les associés de tous les bureaux du cabinet, à Montréal, Québec, Toronto, Calgary, Vancouver et Londres.

La firme d'avocats a fait savoir que M. Charest fournira des conseils stratégiques aux clients canadiens et internationaux et participera aux initiatives de marché qui ont cours notamment aux États-Unis, en Europe, en Chine, en Inde, en Afrique et en Amérique latine.

«Nos clients apprécieront bénéficier non seulement de son expérience et de ses connaissances diversifiées, mais aussi de la détermination qui le caractérise, de sa capacité à développer une vision ambitieuse et de rassembler une équipe pour la réaliser», a déclaré le président du conseil et chef de la direction de McCarthy Tétrault, Marc-André Blanchard, dans un communiqué.

«Il va être dans notre groupe du droit des affaires», a précisé l'associée directrice régionale de McCarthy pour le Québec, Kim Thomassin, qui ne cachait pas sa joie de pouvoir compter sur l'ancien premier ministre dans son équipe.

La controverse entourant le passage de Nathalie Normandeau chez Raymond Chabot Grant Thornton l'an dernier en a visiblement laissé certains frileux. Mme Thomassin s'est empressée de préciser que Jean Charest ne fera ni lobbyisme ni ne s'occupera de relations gouvernementales.

«On a établi des contacts auprès du Commissaire à l'éthique, même chose auprès du Commissaire au lobbyisme; il y a des rencontres prévues au cours des prochaines semaines, a insisté Mme Thomassin. C'est primordial que son arrivée chez nous, que son mandat, que tout soit fait dans les règles de l'art et avec les plus hauts standards en matière d'éthique.»

À la mi-septembre, peu après sa défaite électorale et l'annonce de sa démission, Jean Charest avait décidé de prendre des vacances en famille. Il s'est notamment rendu en Asie avec sa conjointe.

L'ancien chef libéral était convoité, car deux autres grands bureaux d'avocats - Norton Rose et Osler - souhaitaient lui mettre le grappin dessus. Il aurait eu aussi des offres d'autres secteurs, selon nos informations.

M. Charest était de passage jeudi à Toronto pour sa première apparition publique dans un club privé conservateur où il devait prononcer un discours.

Admis au Barreau en 1981, il n'a pratiqué comme avocat que pendant trois années avant de se lancer en politique, d'abord sur la scène fédérale pour le Parti progressiste-conservateur, puis sur la scène provinciale (1998) pour le Parti libéral du Québec.

Anciens premiers ministres revenus à la pratique du droit après avoir quitté la vie politique :

Daniel Johnson chez McCarthy Tétrault

Brian Mulroney chez Norton Rose

Lucien Bouchard chez Davies Ward Phillips & Vineberg

Jean Chrétien chez Heenan Blaikie

Pierre Marc Johnson chez Heenan Blaikie

Un des pères de la Confédération estimait qu' il faut traiter le Québec comme une nation, a rappelé Jean Charest

Par Charles-Antoine Rouyer

TORONTO - Jean Charest a donné jeudi soir sa première allocution depuis sa démission, dans un club privé conservateur de Toronto, The Albany Club.

M. Charest était l'invité d'honneur de la réception annuelle «Sir John A. Macdonald Diner», qui fut un membre fondateur du Albany Club et le premier à occuper le poste de premier ministre du Canada.

Peu avant le souper prévu pour 19 h, Jean Charest a brièvement évoqué en français le sujet de son discours lors du repas, en marchant dans la rue pour se rendre depuis son hôtel, le King Edward au centre-ville de Toronto, jusqu'à The Albany Club à deux pas.

Interrogé sur les enseignements de nos jours de celui qui fut l'un des artisans de la Confédération canadienne en 1867 et un premier ministre conservateur, Jean Charest a évoqué l'importance aux yeux de Sir John A. Macdonald de considérer le Québec comme une nation.

«L'enseignement pour moi de Sir John A., la citation que je préfère, c'est celui sur la reconnaissance du Québec comme nation, a dit Jean Charest. Sir John A. Macdonald en 1865, dans une lettre qu'il avait écrite à un journaliste du journal "The Gazette", écrivait pourquoi il avait accepté le compromis fédéral. Il disait qu'il faut traiter les Québécois comme une nation.»

L'ancien chef du parti libéral, qui avant de revenir sur la scène provinciale arborait les couleurs du parti conservateur fédéral, a ensuite reconnu que ces propos étaient plutôt à saveur nationaliste. «Ah oui, ça l'était beaucoup», a simplement dit Jean Charest.

Par la suite, M. Charest a dit à la presse que sa première journée dans son nouvel emploi s'était «bien passée».

«Je suis ravi de me joindre à McCarthy Tétrault, a-t-il dit. McCarthy Tétrault était le premier cabinet d'avocats à prendre une ampleur nationale et ils jouissent d'une réputation impeccable.»

La tradition de ce «Sir John A Macdonald Dinner» au Albany Club remonte à 1979. La soirée se déroule toujours le 11 janvier ou aux alentours de cette date. Le dîner en tenue de soirée est exclusivement réservé aux membres.

Les précédents invités d'honneur de ce dîner ont été Mike Harris, le premier ministre ontarien conservateur, Michael Wilson, l'ancien ministre des Finances du gouvernement conservateur de Brian Mulroney et Hal Jackman, ancien lieutenant gouverneur de l'Ontario, très proche des conservateurs de Brian Mulroney.

Jean Charest prononcera une autre allocution vendredi, à Vancouver.




Vidéos

Photos