L'activité grippale est en baisse dans la province

Urgences débordées - L'activité grippale est en baisse dans la province

Le Centre Hospitalier Saint-Mary dans l'arrondissement Côte-des-Neiges, à Montréal.Photo Joel Lemay / Agence QMI


Ève Lévesque

MONTRÉAL - Les hôpitaux de la région de Montréal débordaient toujours, dimanche, et la situation avait tendance à empirer avec des taux d'occupation allant jusqu'à 200 % de leur capacité, comme le Centre hospitalier de St. Mary, selon l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

L'Hôpital Fleury, l'Hôpital général juif, l'Hôpital général du Lakeshore, et l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, dont les taux d'occupation dépassent tous 150 %, sont à éviter.

L'attente serait un peu moins longue à l'Hôpital de LaSalle et l'Hôpital Saint-Luc où les civières étaient occupées respectivement à 93 % et 74 %.

La situation dans les salles d'urgence de la région de Québec était semblable, dimanche midi. L'Hôpital du Saint-Sacrement, l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, l'Hôpital Saint-François-d'Assise, l'Hôtel-Dieu et le Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL) affichaient en effet des taux d'occupation entre 118 % et 150 %.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a toutefois affirmé que l'activité grippale était en baisse par rapport à la période des Fêtes, même si elle demeure élevée au Québec.

«En date du 27 décembre 2012, plus de 10 % des inscriptions totales dans les urgences étaient liées au syndrome d'allure grippale, contre 7,4 % samedi», peut-on lire dans un communiqué. Celui-ci précise que l'ampleur de l'épidémie n'a pas atteint des niveaux critiques dans la province et qu'on est très loin d'une pandémie.

«La précocité de la saison grippale et son pic pendant la période des Fêtes peuvent donner cette impression, mais notre suivi quotidien nous démontre que les indicateurs ne sont clairement pas à ce niveau, a indiqué le directeur national de santé publique, le docteur Horacio Arrura.Par ailleurs, l'un des premiers critères pour l'avènement d'une pandémie est l'apparition d'un nouveau virus, ce qui n'est pas le cas. Nous ne pouvons donc pas comparer la situation actuelle à l'épidémie de H1N1.»

Le ministère de la Santé a tenu à rappeler de respecter quelques règles d'hygiène de base, «comme se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon, utiliser un rince-mains antiseptique en l'absence de lavabo, prendre soin de tousser ou d'éternuer dans le pli du coude, ne pas partager d'ustensiles ou de verres, et rester à la maison lorsqu'on a attrapé la grippe ou la gastro-entérite.»


Vidéos

Photos