Les syndiqués de La Pocatière acceptent les offres

Bombardier - Les syndiqués de La Pocatière acceptent les offres

Le 22 novembre, les travailleurs en grève de Bombardier à La Pocatière (FIM-CSN) avaient rejeté dans une proportion de 89,6 % «l'offre finale» globale.Photo Archives / Agence QMI

LA POCATIÈRE - Les syndiqués de l'usine de Bombardier ont accepté à 82,3 % les offres de la direction, lors d'une assemblée tenue mercredi soir.

En grève depuis le 1er novembre, les quelque 330 syndiqués de La Pocatière, qui sont notamment affectés à la fabrication des nouvelles voitures du métro de Montréal, devrait donc revenir au travail «incessamment».

Selon le syndicat, affilié à la CSN, il s'agit d'une victoire afin de freiner la sous-traitance. «Ce gain majeur, il est dû à la solidarité des travailleurs et de toutes les personnes qui les ont appuyés dans leur combat pour l'emploi», a affirmé le président du syndicat, Mario Lévesque.

La direction de Bombardier a notamment garanti la fabrication et l'assemblage des pièces primaires en acier inoxydable à La Pocatière et elle doit aussi s'assurer que tous les quarts de travail soient utilisés avant de recourir à la sous-traitance. De plus, la multinationale s'est engagée à investir à La Pocatière dans de l'équipement de soudure hautement spécialisé ainsi que dans une nouvelle plieuse plus performante tout en rapatriant la fabrication des pièces primaires en acier inoxydable qui étaient jusqu'alors faites au Mexique par une filiale.

Le syndicat affirme que ces mesures freinent « donc l'exode des machines de pointe vers les autres filiales de Bombardier».

Les syndiqués auront droit à une hausse salariale de 1,5 % pour 2011-2012, de 2 % annuellement de 2012 à 2015, de 2,5 % en 2015-2016.

Le 22 novembre, les syndiqués avaient rejeté dans une proportion de 89,6 % «l'offre finale» globale qui leur avait été remise par l'employeur dans la nuit du 15 au 16 novembre.

Les représentants syndicaux, affiliés à la CSN, avaient soumis une nouvelle offre la semaine dernière en présence d'un conciliateur nommé par le ministère du Travail.

La convention collective est échue depuis le 30 septembre 2011.


Vidéos

Photos