Line Beauchamp dit avoir demandé les rencontres au 357C

Dernière mise à jour: 28-11-2012 | 13h24

MONTRÉAL - L'ex-ministre libérale Line Beauchamp a expliqué mercredi midi les raisons de sa présence au fameux club sélect 357C situé dans le Vieux-Montréal.

En entrevue à TVA Nouvelles, l'ancienne députée de Bourassa a déclaré que ces rencontres se sont déroulées parce qu'elle les avait demandées en tant que ministre du gouvernement.

Line Beauchamp a également souligné qu'elle offrait «toute sa collaboration» aux travaux de la commission Charbonneau, mais qu'elle souhaitait répondre rapidement aux questions des médias à son sujet.

«Lorsque j'étais ministre de la Culture, ministre responsable de la métropole, ministre de l'Environnement ou même ministre de l'Éducation, j'ai toujours sollicité ce genre de rencontres. Cette fois, c'était avec le président du comité exécutif (Frank Zampino) et des gens d'affaires», a indiqué Line Beauchamp.

Aussi sur Canoe.ca

Lors de ces réunions, Line Beauchamp et son conjoint de l'époque, Pierre Bibeau, se sont trouvés en compagnie de Paolo Catania, Bernard Trépanier et Frank Zampino, tous accusés au criminel dans l'affaire du Faubourg Contrecœur.

Aussi sur Canoe.ca

En plus de la première rencontre au 357c, qui a eu lieu le 26 février 2007, Mme Beauchamp a demandé une nouvelle réunion le 18 mai, soit trois mois plus tard.

Elle explique cette seconde réunion au club privé, avec les mêmes 10 intervenants, parce qu'elle venait d'être nommée, un mois plus tôt, ministre de l'Environnement.

«J'ai redemandé et re-sollicité les gens parce que je voulais aussi avoir leur pouls par rapport au ministère de l'Environnement. C'était ma façon d'être en contact avec la réalité. Je ne voulais pas être dans une tour d'ivoire dans mes ministères à Québec. C'est sûr que cinq ans plus tard, à la lumière des révélations à la commission Charbonneau, ça donne une perception négative, j'en suis consciente, mais ces rencontres-là s'inscrivaient dans une série de rencontres que j'ai menée parfois avec d'autres types d'intervenants des milieux communautaires ou culturels», précise-t-elle.

L'ex-ministre libérale, qui a quitté la politique le 14 mai dernier, soutient que ces réunions n'avaient aucun lien avec le financement politique de son parti, bien qu'elles aient eu lieu en présence de l'organisateur du parti et de son conjoint de l'époque, Pierre Bibeau.

Line Beauchamp précise que la présence de Pierre Bibeau à ces rencontres était due au fait qu'il possède un important réseau de contacts dans les milieux touristiques, culturels, et d'affaires.

L'ex-politicienne a également tenu à préciser que ces allégations n'avaient aucun lien avec sa démission expéditive du 14 mai dernier, alors que la crise étudiante faisait rage.
«Franchement quand je pense aux raisons de mon départ de la politique, je me demande, est-ce que vraiment ça prend de plus gros exemples que d'avoir eu une bombe sur le perron de ma maison et que d'avoir eu toutes les manifestations. J'ai quitté la politique parce que je ne faisais plus partie de la solution dans le conflit étudiant.»

Line Beauchamp admet néanmoins avoir manqué de prudence dans certaines relations qu'elle a entretenues. «Mais moi en 2007, je n'avais pas d'indices qu'il ne fallait pas que je rencontre le président du comité exécutif de la Ville de Montréal. Je n'avais pas d'indices qu'il ne fallait pas que je rencontre des dirigeants à l'époque.»


Vidéos

Photos