Hausse des prix de l'alcool, du tabac et de l'électricité


Jean-Luc Lavallée

Le budget Marceau a finalement réservé quelques mauvaises surprises aux contribuables qui vont payer plus cher l'alcool et le tabac dès demain. Leur facture d'électricité augmentera aussi en 2014.

Le ministre des Finances, qui a présenté son «budget de l'équilibre» pour atteindre le déficit zéro en 2013-2014, mise notamment sur une hausse des taxes de ces produits et le dégel inattendu du bloc patrimonial d'Hydro-Québec, même si le PQ avait promis le contraire en campagne électorale.

Ainsi donc, la cartouche de cigarettes grimpera de 4 $ d'un seul coup aujourd'hui à minuit. La caisse de 24 bouteilles de bière augmentera de 82 cents. Il faudra débourser 17 cents de plus pour une bouteille de vin alors que la bouteille de spiritueux coûtera 26 cents de plus.

Autrement dit, demain matin, chaque cigarette coûtera 2 cents de plus et chaque bouteille de bière aura augmenté d'environ 3 cents et demi. Le dégel de la taxe spécifique sur les produits du tabac, figée depuis 2003, rapportera 130 millions à l'État, alors que le dégel de la taxe sur les boissons alcooliques (stable depuis quinze ans), permettra à Québec d'engranger 100 millions $ par an.

Aussi sur Canoe.ca

«La hausse est raisonnable et nos prix se compareront toujours avantageusement à ceux des provinces voisines», a déclaré le ministre Nicolas Marceau. Le gouvernement espère réduire le taux de tabagisme de 20% et ne craint pas de stimuler la contrebande. Ironiquement, le ministre a déclaré que «l'effort consenti par le contribuable québécois a atteint sa limite».

2000 postes supprimés

Les sociétés d'État devront aussi fournir un effort supplémentaire de 290 millions $. Hydro-Québec supprimera 2000 postes par attrition. Le PQ reprend ainsi partiellement un engagement de la CAQ. Le gouvernement a également annoncé qu'il ralentira considérablement le rythme des investissements dans les infrastructures.

Le ministre Marceau a confirmé, sans surprise, des hausses d'impôts de 1,75 % pour les plus fortunés (revenu individuel de 100 000 $) afin de compenser les effets de la nouvelle modulation de la taxe santé qui sera abolie ou réduite pour plus de 3 millions de Québécois.

Santé, Éducation et Famille

Malgré le contexte d'austérité, Québec ne sabre pas son budget de la Santé qui continuera de croître de 4,8 % ni dans celui de l'Éducation qui augmentera de 1,8 %. La création des 28 000 nouvelles places en garderie fera aussi gonfler le budget de la Famille de 3,2%. Tous les autres ministères devront se serrer la ceinture de 2 % en moyenne.

Malgré les critiques virulentes de l'opposition, le gouvernement ne craint pas d'être renversé. «C'est un budget équilibré, rigoureux, responsable, qui vient en aide aux familles... j'aurais beaucoup de difficulté à croire que les partis d'opposition pourraient rejeter ce budget», a observé M. Marceau. «C'est un budget responsable et on s'attend aussi à ce que les oppositions agissent de façon responsable», a renchéri le président du Conseil du trésor Stéphane Bédard.

Fonds des générations

Québec va par ailleurs puiser 1 milliard $ dans le Fonds des générations pour rembourser une partie de la dette dès maintenant (2013-2014). En revanche, les revenus découlant de la hausse des tarifs d'électricité seront dédiés au Fonds dès 2014, à l'instar de la totalité des redevances minières et des revenus découlant de la hausse du bénéfice d'Hydro-Québec à la suite de l'abandon du projet de réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2.

Malgré les attentes qu'il avait lui-même créées en campagne, le PQ n'a annoncé aucune modification au régime de redevances minières. «On va changer le régime dans les prochains mois. Aussi rapidement que possible, mais (après) des consultations avec tous les intervenants concernés. Il n'est pas nécessaire qu'un nouveau budget soit déposé pour qu'un nouveau régime de redevances entre en vigueur», a précisé le ministre Marceau.

L'état dépensera 72,8 milliards en 2013-2014. Ses revenus atteindront exactement le même montant, selon les prévisions, confirmant ainsi le retour à l'équilibre budgétaire.


Vidéos

Photos