La CAQ sollicite des dons à la télé


Jean-Luc Lavallée

QUÉBEC - La CAQ a lancé une campagne de sollicitation inusitée, mardi, en jouant la carte du parti «propre» dans une pub télé qui sera diffusée, notamment, pendant la retransmission des audiences de la commission Charbonneau à LCN.

La Coalition avenir Québec, qui s'est assurée de la légalité de son approche avec le Directeur général des élections, reconnaît que sa stratégie est «audacieuse», dans le contexte actuel.
Dans le message de 30 secondes, qui sera également diffusé à TVA à plusieurs reprises dans les deux prochaines semaines, le parti de François Legault demande sans détour aux téléspectateurs échaudés par les scandales à répétition de lui donner 20 $ pour regarnir ses coffres. Un don pour la CAQ, c'est un don contre la corruption, laisse-t-on sous-entendre.

Pommes pourries

«Ce n'est pas parce qu'une pomme est pourrie que toutes les pommes le sont. On peut encore croquer dans l'avenir du Québec», fait-on miroiter dans la pub, alors qu'une fillette croque une pomme et se lave les mains en gros plan, un rappel du «grand ménage» que prônait la CAQ en campagne électorale.

«Il faut donner son appui à une vision propre qui est loin de celle des vieux partis politiques. La Coalition est à l'origine du mouvement anticorruption, nous en sommes très fiers. Faites le don», ajoute-t-on. «On a les solutions, faut que ça change», renchérit le chef caquiste.

De mémoire d'homme, personne ne se souvient d'une campagne de financement d'un parti politique aussi directe à la télé. «C'est une première», a affirmé la présidente du parti, Dominique Anglade, fière de proposer aux électeurs un moyen «novateur» de s'impliquer. «Vingt dollars, c'est un geste à la hauteur de toutes les bourses», a-t-elle plaidé en entrevue avec le Journal de Québec.

Ce blitz de financement médiatisé, à la télé, sur le web et au téléphone, vise également à souligner le premier anniversaire de la fondation du parti, il y a un an jour pour jour.

Contrairement au PQ, qui a lancé son propre blitz la semaine dernière, la CAQ n'invoque pas l'urgence d'agir dans un contexte de gouvernement minoritaire. «On ne craint pas l'imminence d'un autre scrutin et s'il devait y avoir une élection dans deux semaines, on serait prêts à repartir en campagne.»

Vidéos

Photos