Québec nomme un vérificateur «spécial»


Cédérick Caron et Charles Lecavalier

Dernière mise à jour: 13-11-2012 | 19h36

LAVAL - Désigné par ses pairs pour assurer le poste de maire par intérim de Laval, le vice-président du comité exécutif, Basile Angelopoulos, a refusé mardi soir d'occuper ce siège tant que le ministre des Affaires municipales ne précisera pas le rôle du vérificateur qu'il entend nommer pour accompagner la Ville.

«C'est un manque de confiance envers tout le conseil municipal», a déclaré M. Angelopoulos lors d'un point presse en présence des conseillers municipaux.

«Aucune accusation n'a été portée contre qui que ce soit, a-t-il ajouté. Il est évident que les règles du jeu imposées à Laval sont différentes de celles imposées aux autres municipalités. Nous sommes en droit de demander au ministre de dévoiler les motifs, qui semblent être le seul à connaître, pour poser de tel geste.»

«Je veux savoir ce qui se passe à Laval, avait pour sa part indiqué mardi matin le ministre des
Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, par voie de communiqué. La confiance des Lavalloises et Lavallois a été durement ébranlée durant les derniers mois. Je veux passer à l'action pour faire renaître la confiance à l'intérieur des pouvoirs et responsabilités qui me sont confiés.»
Le vérificateur, mandaté par le ministère jusqu'aux élections municipales d'automne 2013, devra aussi analyser toute décision prise en matière d'urbanisme et revoir les transactions immobilières. Il fera régulièrement des comptes-rendus au ministre.

«La Ville de Laval devra donc informer le ministère des actions qui ont été mises en place pour corriger les lacunes qui avaient été identifiées dans le rapport de vérification du ministère au printemps dernier», a ajouté le ministre Gaudreault.

Dans ce cadre-là, «j'ai le devoir envers les Lavallois de comprendre le rôle que j'occuperais», a dit M. Angelopoulos.

Pour ce dernier, les vérifications effectuées par le ministère des Affaires municipales au cours de la dernière année «n'ont révélé que quelques manquements administratifs mineurs dans la gestion de la Ville, manquements qui ont déjà fait l'objet des mesures correctrices appropriées et dont le ministère a été informé».

Le ministre n'a pas fermé la porte à un mandat rétroactif et à des enquêtes particulières sur certains dossiers ayant éclaboussé le parti de Gille Vaillancourt. Il réclame d'ailleurs que le conseil municipal «prenne des actions concrètes sur les recommandations et les observations» d'un rapport du ministère des Affaires municipal datant d'avril 2011.

Dans ce rapport, le MAMROT faisait le constat que 65 % des dépenses remboursées au Parti PRO des Lavallois ne respectent pas les dispositions applicables. Il émettait la recommandation d'«améliorer la procédure de contrôle interne afin d'éliminer le risque de remboursement de dépenses non visées par la loi».

La décision du ministre Gaudreault est survenue moins d'une semaine après la démission du maire Gilles Vaillancourt, qui se trouve au cœur d'allégations de corruption. Plusieurs perquisitions avaient récemment été menées par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à Laval chez des entrepreneurs, des firmes d'ingénierie et chez le maire lui-même.

Les candidats qui souhaitaient occuper le poste de maire intérimaire avaient en principe jusqu'à 16 h 30, ce mardi, pour manifester leur intérêt.

Le greffier de Laval, Me Guy Collard, avait d'ailleurs rencontré les 21 élus du conseil municipal lundi pour leur expliquer les règles du jeu menant au choix du nouveau premier magistrat lavallois.

La Ville de Montréal n'aura pas ce type d'attention spéciale du ministre des Affaires municipales, car, contrairement à la Ville de Laval, il y a une opposition politique à l'hôtel de ville, et le conseil choisira vendredi un nouveau maire par intérim.


Vidéos

Photos