Un total de 37 arrestations


Carol-Anne Massé / Avec la collaboration de Paule Veilleux-Turcotte.

Dernière mise à jour: 08-06-2012 | 02h10

MONTRÉAL – Les policiers ont procédé à 37 arrestations jeudi soir, lors des différentes manifestations tenues en marge des festivités du Grand Prix de Formule 1, à Montréal.

Environ une heure avant le début du tapis rouge, vers 17h30, une centaine de manifestants ont été pris en souricière par les policiers, après avoir poussé les barricades à l'intersection des rues des Seigneurs et Notre-Dame, dans le secteur de Griffintown.

Selon Ian Lafrenière, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les arrestations effectuées lors de cette intervention se voulaient «préventives». Les personnes ciblées l'ont été parce qu'elles se cachaient sous un parapluie, revêtaient des vêtements noirs ou encore parce qu'elles avaient un sac rempli de projectiles, dont certains ont été lancés. En agissant ainsi, le SPVM affirme qu'il a visé les «gens criminalisés».

Une cinquantaine de minutes plus tard, les policiers ont laissé partir les manifestants qui n'avaient pas été arrêtés. Dans les cris de joie, les personnes relâchées ont quitté les lieux en masse, empruntant Notre-Dame, vers l'est. De nombreux doigts d'honneur ont été faits aux policiers.

Peu avant 19 h, environ 200 manifestants, dont plusieurs étaient dans la souricière à peine une demi-heure plus tôt, se sont rassemblés sur Sainte-Catherine, à l'intersection de la rue Crescent, où se déroulent les festivités du Grand Prix.

Devant la ligne de policiers qui bloquaient l'accès à la rue, les manifestants sont devenus plus électriques, lançant notamment des roches et des balles vers les forces de l'ordre.

Certains individus vêtus en noir se sont regroupés pour déplacer de nombreuses barrières de sécurité. Devant quantité de curieux, le groupe d'intervention a alors chargé vers les manifestants, procédant à des arrestations et dispersant ainsi la majorité du groupe.

Plusieurs manifestants se sont regroupés plus loin, à proximité de la rue Peel, où d'autres personnes ont été arrêtées. Par la suite, les manifestants restants se sont dispersés.

À 20 h, 18 arrestations avaient été confirmées par le SPVM. Les motifs de ces dernières étaient variés : plusieurs manifestants arrêtés avaient des roches ou des balles de peinture en leur possession, mais au moins une personne avait apporté un cocktail Molotov avec elle.

Des arrestations ciblées

Selon Simon Delorme, porte-parole du SPVM, les manifestants encerclés plus tôt par les policiers étaient en «détention temporaire».

Les policiers ont en effet procédé à des arrestations sélectives plutôt qu'à une arrestation de masse. «Nous arrêtons certains suspects», pouvait-on lire sur la page Twitter du SPVM vers 18 h.

Alors qu'ils étaient encerclés de tous côtés, les manifestants se sont liés en une chaîne humaine afin d'empêcher plus d'arrestations.

Plusieurs manifestants pris en souricière étaient vêtus de noir et masqués. Lorsqu'ils se sont retrouvés coincés par les forces de l'ordre, certains ont rapidement enlevé vêtements foncés et masques.

Pendant ce temps, des centaines de personnes manifestaient à l'extérieur de la souricière.

À l'intersection du boulevard Georges-Vanier et de la rue Notre-Dame, une centaine de personnes mécontentes ont démontré un comportement plutôt agressif. Les manifestants ont tout renversé sur leur passage, notamment les bornes de signalisation. Ils auraient également lancé des pierres.

Le rassemblement avait débuté peu avant 17 h, à proximité du complexe Arsenal, sur la rue William, où se déroulait le bal d'ouverture du Grand Prix de Formule 1. L'appel à cette première manifestation de la soirée avait été fait par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC).

Dans les rues avoisinantes, la présence policière était des plus importantes, alors que le SPVM collaborait avec la Sûreté du Québec ainsi qu'avec des compagnies de sécurité privées. Le déploiement de forces policières se faisait bien sentir dans le secteur.

Probablement une conséquence de cette forte présence policière, le cocktail d'ouverture du Grand Prix a pu débuter comme prévu, sans aucun accroc au déroulement de la soirée.


Enlever ses vêtements contre la F1

Par ailleurs, la soirée a vu défiler une autre manifestation importante, la «Grande maNUfestation à l'occasion du Grand Prix de F1!». Cette marche «déshabillée» a rassemblé près de 2000 personnes, au plus fort de l'événement.

Les participants à la 45e manifestation nocturne se sont rapidement joints à cette marche sans vêtements.


Vidéos

Photos